Forum de jeu de rôle sur l'Europe post-potterienne.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum !

  • Les inscriptions sont ouvertes, pour toutes questions, n'hésitez pas à postez ICI
  • Intrigues en cours, consultez les revues de presses

  • Partagez | 
     

     Morgane Fowl

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Morgane Fowl   Sam 3 Jan - 17:00

    Etat civil

    Nom : Fowl
    Prénom : Morgane , Elisabeth.
    Date de Naissance : 23 Avril 1982
    Nationalité : Franco-Anglaise
    Etat Matrimonial : Célibataire.
    Dernier lieu de résidence connu : Manoir Fowl, Angleterre
    Profession : Médicomage.

    Dossier médical

    Age : 22 ans
    Poids approximatif : une cinquantaine de kilos.
    Taille approximative :1m65
    Description Physique (environ 150-200 mots) :
    Parfaite petite sang-pur que la jeune Fowl. Parfaite future épouse, outre la finesse de ses proportions, Morgane est dotée d'un charme particulier qu'on mit des années à développer. Quand on est une héritière Fowl on se doit de dégager cette présence et cette grâce propre à la famille, ajouter à cela le bon goût français de la génitrice... Morgane sait donc jouer de son regard gris et profond, un avantage non négligeable. Admettons cependant qu'il reflète la plupart du temps une indifférence et un mépris à toute épreuve. Voilà pourquoi Morgane s'apparente plus à la sorcière Moldue qu'à leurs princesses. Son prénom serait-il alors un habile clin d'oeil à ce qu'on allait faire d'elle ? Un visage fin et séduisant pourtant n'affichant que sourires cyniques et expression du même acabits. De telles expressions sur une bouche pourtant toute en douceur, ne vous y trompez pas. Une peau claire et nette contrastant agréablement avec une longue et souple chevelure brune. Des cheveux fins couleur corbeaux serait plus adapté à la description de cette demoiselle. Il est évident que cette allure est travaillée et qu'elle apporte un soin particulier à conserver cette apparence froidement séduisante. N'est pas Morgane Fowl qui veut.
    Si elle n'est pas particulièrement grande son maintient et sa démarche ne manquent pas de la faire remarquer. La grâce n'est donc pas réservé aux danseuses, les longues mains ne sont pas réservées aux pianistes. En effet, comme le reste de son corps, les mains de la demoiselle sont d'une finesse remarquable sur son majeur droit le chiffre romain IX, même chiffre qui surplombe son sourcil droit. Vestiges d'un temps révolus. Seuls fausses notes dans la perfection de la demoiselle. Parfaite jusque dans sa garde robe, on le saura, sa mère est française et de très bon goût. Morgane fut donc savamment conseillée et sait désormais choisir avec assurance les meilleures étoffes et les coupes qui mettront le plus en valeur sa silhouette.

    Handicaps (facultatif) : /
    Maladies chroniques ou risques génétiques (facultatif) : Aucunes pour le moment.
    Signes distinctifs (cicatrices, tatouages, piercings) :
    Deux tatouages, l'un sur son majeur droit et l'autre au dessus du sourcil droit : IX
    Les traditionels piercing aux oreilles.
    Hmmm, le tatouage sépcial Mangemort aussi.

    Dossier psychologique

    Caractère général :
    Si Morgane joue à la parfaite petite sang-pur méprisant les sangs de bourbes et les mêlés ce n'est que parce qu'on lui à inculqué depuis sa plus tendre enfance certains principes dû à sa condition. Elle a aussi compris qu'il était plus avantageux d'être pro-sang pur par les temps qui courraient que de faire ami-ami avec des né moldus... Des sangs de bourbes pardon. Morgane est donc quelqu'un dont l'apparence est particulièrement trompeuse, manipulatrice et calculatrice elle changera de comportement en fonction de la situation et de ce qui l'avantagera. Son but principal, sortir son épingle du jeu. Elle est quelqu'un de profondément ambitieux et intelligent. C'est pourquoi lors de sa scolarité elle comprit que des sangs de bourbes pouvaient être des sorciers hors pairs.
    Bien qu'elle sache reconnaitre la valeur de chacun en faisant fit de leur origine elle n'est pas du genre chaleureuse, évitant avec soins de se lier à quelqu'un. Cette attitude passe souvent pour de la prétention, la réalité est qu'elle préfère se protéger. Trop loyale et engagée elle a opté la facilité en choisissant de jouer l'indifférence et le mépris. Parfait remparts aux approches amicales ou amoureuse. Cette attitude ne fait pas de Morgane quelqu'un de solitaire, au contraire, elle sait s'entourer utilement et retirer de chacun quelque chose qu'elle pourra ré-exploiter. Si elle semble égoïste et décidé à ne servir ses seuls intérêt c'est aussi parce qu'on a tracé chaque étape de sa vie depuis sa naissance. Elle devrait épouser tel homme, ou plutôt l'alliance se ferait entre deux familles quel que soit l'avis des rejetons, et elle se mettrait au service du Lord lorsque celui-ci reviendrait. Oui, les Flow croient dur comme fer à la suprématie des Sangs purs et n'ont jamais douté du retour de leur maitre à penser... Elle cherche donc à prendre le contrôle de sa vie, devenir maitresse de ses choix, chose fastidieuse lorsqu'on est à sa place. Elle dût travailler avec finesse jusqu'au retour du Maître et par la même l'évaporation de quelques projets. Morgane à Poudlard était effectivement plus sociable et accessible...

    Education - Principes :
    Les nés moldus sont des sangs de bourbe, des moins que rien s'ils ont un tant soit peu de pouvoir c'est certain ils l'ont volé à des sorciers : Voilà pourquoi il existe des êtres aussi abjectes que les Cracmols. Tu leur est supérieure, le sang qui coule dans tes veines est des plus purs et ce depuis des siècles, tu peux le vérifier sur notre arbre. Veille à ne jamais fauter, tu ne dois mettre au monde que des enfants dignes de porter notre nom.
    Voilà le joyeux refrain qui aura bercé l'enfance de Morgane. Elle n'est cependant au service du Lord que part obligation, ne croit que peu en ce qu'il prône. En réalité elle serait plutôt neutre. Choquant ? Peut-être, Morgane grâce à son éducation, n'est pas une grande militante pour les droits des sang de bourbe, mais elle n'adhère que peu aux idées prônées par son maître.
    Passions – Hobbies – Phobies (environ 50 – 100 mots) :
    Morgane apprécie par dessus tout l'attention, être le centre des attentions. Elle n'aime pas faire de vague et être au coeur d'un scandale est toujours épuisant, en revanche être remarquée pour son esprit, pour sa personnalité... Morgane n'a qu'une aspiration : Se démarquer. Ne pas être une sang-pur de plus pour apporter à son mari un bel accessoire. La reconnaissance sociale comble donc la demoiselle. Elle supporte très mal l'indifférence ce qui semble assez logique compte tenu de ce qu'elle apprécie. Un petit jeu que Morgane pratique avec plaisir est celui qui consiste à déjouer les attentes de ses interlocuteurs. La manipulation en finesse et par jeux, la discrétion aussi pour ne pas attirer l'attention de personnes trop dangereuses. Les sphères où la jeune Fowl évolue sont bien trop dangereuses à son goût et source d'angoisse. Elle à en horreur celle qu'elle est lorsque sa marque se met à mordre sa chaire. Enfin si Morgane aime jouer la manipulatrice elle sait que ce jeu est dangereux, l'une de ses plus grandes craintes est ces sentiments qu'on ne contrôle qu'avec difficulté. Morgane à peur des autres, soit elle jout avec.
    Autre (facultatif) : /

    Historique

    Dossier scolaire
    Lieu d’étude : Poudlard, Serdaigle.
    Notes aux BUSEs (ou équivalent) :
    Potions : O
    Sortilège et Enchantements : O
    Métamorphose : O
    Histoire de la magie : A
    Astronomie : EE
    Botanique : EE
    Défense contre les Forces du Mal : O
    Etude des runes : EE
    Divination: P
    Soin aux créatures magiques: A
    Notes aux ASPICs (s’il y a lieu) :
    Potions : O
    Sortilège et Enchantements surprise
    Métamorphose : O
    Histoire de la magie :A
    Astronomie : EE
    Botanique : O
    Défense contre les Forces du Mal : O
    Soin aux créatures magiques : EE


    Dossier Professionnel
    Apprentissage :
    Apprentie Médicomage puis Médicomage depuis un an.
    Professions exercées :
    Médicomage
    Autre
    Casier Judiciaire : La présence ou non de Morgane dans quelque mission que ce soit n'a pas été prouvée.
    Autre : /


    Dernière édition par Morgane Fowl le Mar 3 Fév - 20:44, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Dim 18 Jan - 17:32

    Histoire

    23 Avril 1982, Jour qui vit naître le second et dernier enfant de Jessica, Meredith Fowl. Les médicomages étaient formels, il serait désormais impossible aux Fowl d'avoir d'autre héritier sans mettre en danger la santé de la mère. Morgane, Elisabeth Fowl s'affirmait déjà , bien qu'inconsciemment, en devenant l'unique fille des Fowl. Elle ne garderait évidemment pas leur nom, mais permettrait à d'influentes familles de sang pur d'arranger un mariage avantageux pour chacun. Edward, son frère aîné, aurait en revanche l'honneur d'assurer la pérennité de leur nom.On l'aura compris les Fowl sont une famille particulièrement traditionnaliste. Une famille de sang pur pro-mangemort, un climat accueillant pour élever des enfants. N'est-il pas ? Car Morgane aura eu la chance de grandir auprès des rares Mangemorts qui auront sans cesse crut au retour de leur maître. Pas loins d'être aussi influant que les Black, les Malefoys ou encore les Starks. Les Fowl ont dans leurs gênes l'ambition de devenir les plus grands, Lord Voldemort leur faisait entrevoir un avenir radieux. On comprendra donc aisément leur fidélité et la marque qui accompagnera la majorité de Morgane. Détail sur lequel il sera, plus tard, utile de s'attarder.

    L'enfance de Morgane se déroula sans problèmes, entendez par là qu'elle ne manqua jamais matériellement parlant. Pour ce qui est du développement personnel la réalité est toute autre, un certain cliché des familles riches et sans réelles relations. Les Fowl peuvent s'estimer heureux, s'ils ne savent pas ce qu'est une famille ils ignorent aussi le manque. D'ailleurs cette situation n'a rien à voir avec une quelconque chance, M. Fowl dirige sa famille avec une main de maître. Chacune de leur apparitions est contrôlée et les enfants sont aussi prometteurs que leurs parents brillants. Oui, les Fowl ne sont pas encore des plus influents lors de l'enfance Morgane, mais la situation se renversera. Pour ce faire ils utiliseront l'influence que leurs enfants vont, inévitablement, leur procurer. Si les Fowl ne savent réellement ce qu'est une famille, les années se seront chargées de tisser un lien particulier entre leurs enfants. Edward, de trois ans l'aîné de Morgane, et la demoiselle auront entretenue une liaison étroite et exclusive durant toute leur enfance. Les onze ans d'Edward furent donc accueillit par une certaine déception. Une deception qui touchait jusqu'au concerné, bien que curieux de découvrir Serpentard et ce que sa baguette lui permettrait d'accomplir.... Il leur faudrait attendre trois ans avant d'être à nouveau sous le même toit. Il est évidant que les deux Fowl appartiendrons à la maison du Lord. N'est-il pas ?

    Le premier départ d'Edward laissa Morgane bien seule et alitée durant quelques jours. La compassion de sa mère fut bien vite balayée par l'incompréhension de son père. Il n'était pas concevable que leur enfant passe pour fragile ou bien pire : Folle. Morgane, neuf ans, surmontait sa première réelle difficulté. Jessica avait offert à Edward un magnifique rapace afin de permettre à ses enfants de correspondre en toute liberté. Leur correspondance se fit journalière. Atténuant légèrement la difficulté de la distance. Morgane découvrait Poudlard derrière les mots de son frère. Sa mère ne leur avait pas menti, Poudlard serait leur tremplin pour l'avenir. Morgane, neuf ans et déjà consciente de ce qu'impliquait les relations. Son éducations ne se fit pas plus souple avec l'absence de son frère, bien au contraire. Le retour d'Ewdard pour les premières vacances scolaires fut dignement fêté. Morgane s'émerveilla lorsque le serpentard contourna le règlement interdisant à un mineur de se servir de la magie en dehors de poudlard. Evidemment on peut s'appeler Edward Fowl et croire, légitimement, qu'on est supérieur à autrui, la loi reste pathétiquement la même. Les retombées furent difficilement réglées par Fowl père. La loi englobe chaque citoyens seulement certains sont plus influents que d'autre et si Fowl père avait obtenu gain de cause il contourna lui aussi la loi : Punissant son fils à coups de doloris, sortilège impardonnable appliqué à son propre enfant. L'éducation version Fowl. A la douleur physique de son frère Morgane ajoutait la sienne. Assise contre le lit de son frère attendant son retour, un léger mouvement de balancement agitait l'enfant pendant que ses ongles s'enfonçaient dans ses avant-bras serrés contre son corps. La douleur d'Edward retentissait dans le manoir. Morgane collé contre le bois du lit, sa mère probablement indifférente à la situation. Ce n'est pas comme si c'était la première fois. Les pas de Barthélémy Fowl se firent entendre alors qu'il abandonnait son fils pour rejoindre son épouse.
    Morgane attendit de longues minutes avant de quitter le sol de cette chambre. Sur ses avant bras, les marques de ses ongles. C'est dans un salon privé qu'elle retrouva son frère, un étage plus bas, probablement dans la même position que son père l'avait laissé. Avec une infinie délicatesse elle posa la tête de son frère au creus de ses jambes. Edward tremblait légèrement, la respiration toujours saccadé, la plus marquée des deux était Morgane. En réalité le doloris est une douleur plus imaginaire que physique et seul les courbatures dû à la tension naturelle des muscles suivant ces éreintantes séances "d'éducation". Les fines mains de Morgane caressèrent longuement le visage et le torse endoloris de son aîné. Leurs respirations se calmèrent peu à peu alors que la nuit s'étirait devant eux. Enfin calmé il se releva et soigna les bras de Morgane. Blessures légères, mais visibles, leur mère ne saurait tolérer cela et lui ferait comprendre. Morgane n'avait pas le droit de porter atteinte à l'oeuvre que leur mère s'efforçait, tant bien que mal, de former ! Les deux enfants ne quittèrent la pièce qu'au matin, avant le réveil de leurs parents afin de rejoindre chacune de leurs chambres. Quelques heures de sommeil et elle pourrait de nouveau rejoindre son frère. Ils avaient pris cette décision d'un commun accord, leur mère commençait à voir d'un mauvais oeil leur relation. Quelques heures seulement...
    Après le retour d'Edward à Poudlard les journées s'enchaînèrent en se ressemblant, les mêmes leçons avec le même acharnement. Morgane commençait à aimer le piano pour lequel elle se découvrit un intérêt nouveau. Ces leçons passèrent donc plus agréablement que les autres, celles qui lui permettraient de se tenir parfaitement en société. Les récréations, pour elle, n'étaient que les vacances de son frère qui marquaient inévitablement son retour. Les leçons devenaient moins pénible puisqu'elle savait qu'elle passerait la soirée avec son aîné, ses pauses aussi. Seulement, les vacances des enfants marquaient souvent des réceptions dans leur sphère qu'est celle des sang-purs. Morgane était vu comme une enfant prometteuse et gracieuse, Edward était lui aussi un parfait petit Fowl. Il parlait désormais plus aux autres héritiers et même au jeune Malefoy. Morgane, sans être effacée, n'intervenait pas dans les conversations. Un étrange sentiment s'immisça en elle lors de la deuxième année de son frère. C'était anormal et nouveau, ça avait commencé durant l'été : Son frère grandissait sans elle. Il connaissait plus de gens et portait un nouvel interêt à certaines... personnes. Il se détachait d'elle, sans la quitter, elle ne broncha pas. Leur correspondance épistolaire était toujours quotidienne, pas de réelles raisons de s'en faire donc. Elle connaissait tout le monde à travers lui, elle savait avant lui quand il était amoureux, elle raya chaque mention du nom honnis. Des noms honnis. Morgane commençait à se transformer en la petite oeuvre personnelle de sa génitrice.

    Morgane est née au moi d'Avril, elle reçut donc la traditionnelle lettre de Poudlard bien avant la rentrée qui lui ouvrirait ses portes. Edward avait maintenant quatorze ans, il avait grandi, il était à serpentard, riche héritier, vif d'esprit et en somme : Absolument irrésistible. Morgane avait onze ans et perdu de son intérêt. Edward s'amusait à séduire les jeunes sorcières, à briller lors des cours, sans l'avouer il attendait également avec impatience l'arrivée de sa cadette à Poudlard. Ils allaient s'octroyer une belle place chez les serpents Edward en était persuadé. Les bases de l'éducation de Morgane étaient posées, bien encrées dans son être et c'était le fruit d'un long travail. Jessica savait pertinemment qu'elle ne pourrait dispenser ces leçons à sa fille lorsque celle-ci serait à l'école. Raison pour laquelle les derniers mois que Morgane passa au manoir furent des plus intenses. On ne sait jamais ce qui peut arriver et il est inconcevable de perdre ce qu'on avait mit onze ans à construire. Un défaut seulement un, l'étrange relation liant ses deux enfants, ses enfants qui vivraient des mois durant sous le même toit sans elle. Enfin l'inquiétude sournoise et stérile car invraisemblable. L'idée que peut-être sa fille pouvait côtoyer ces imposteurs de sangs-de- bourbe... Un rictus de dégout agitait ses lèvres à cette idée. Evidemment Morgane était intelligente et savait ou se trouvait son intérêt. Elle saurait distinguer le bon du mauvais, inquiétude stérile donc. Lors des inévitables courses sur le chemin de Travers Morgane maîtrisa avec subtilité son émerveillement, faisant la fierté de sa mère. On conçut pour les jeunes Fowl des robes de la meilleure facture, imaginiez-vous qu'Edward porterait une robe trop courte ? Invraisemblable. La baguette qui choisit Morgane était longue et souple, contenant des écailles de Magyar, taillée dans du bois de saule, d'après le vieux vendeur elle serait particulièrement efficace pour les sortilèges et enchantements. C'est avec soin qu'elle glissa sa baguette dans un écrin prévu à cet effet, elle n'y toucherait qu'une fois rendue à Poudlard. Pas question de subir le même sort que son frère. Et Poudlard se rapprochait de jours en jours, un peu plus réel, Morgane allait découvrir un nouveau monde dont elle avait déjà une image bien précise. L'éloignement produit par la séparation s'atténuerait, elle l'espérait, elle le savait.

    Jessica Fowl accompagna ses enfants sur le quai 9 3/4 en profitant pour échanger quelques banalités avec leurs diverses connaissances. Non, Mr Fowl n'avait pût se libérer. Oui, son travail lui prenait du temps, mais c'était le lot quotidien des hommes tels que lui. D'ailleurs je ne vois pas votre époux.... Edward conduisit sa soeur d'une main ferme jusqu'à un wagon où il retrouva quelques camarades. Il ne lâcha pas la main de Morgane, pas même lorsqu'ils furent assis. Toujours pas après ces regards intrigués. Attitude normale pour les Fowl. Regards également intrigués par la jeune Fowl, Edward en parlait peu, lui écrivait chaque jour depuis sa première année. Comment une gamine de onze ans pouvait-elle déjà afficher une expression digne de Drago Malefoy lui-même ? La réponse était immédiate, c'était une Fowl. Ils l'avaient déjà croisé à quelques réceptions sans lui accorder un grand intérêt, sans qu'elle cherche à en susciter. Chaque chose en son temps et ses débuts allaient voir le jour lorsqu'elle passerait sous le Choixpeau. Pas avant. Elle en avait décidé ainsi.
    La rangée de premières années était longue et silencieuse, l'anxiété de certains transpirait sur les autres. Morgane y était insenssible, elle se savait en sécurité, elle savait où elle irait. En imaginant qu'elle ne soit pas envoyée à Serpentard, elle saurait se faire une place. Les préjugés de sa famille étaient pourtant si bien encrés en elle que Gryffondor n'était pas une situation enviable... Les noms défilaient en même temps que les élèvent étaient répartis. Morgane ne se retourna pas pour s'assurer du regard de son frère. Il était évident que celui-ci était braqué sur elle. La demoiselle avançait, yeux clos, hermétique à l'agitation environnante. Droite et altière, un sourire étira ses lèvres lorsqu'elle entendit son nom retentir dans la salle. Ses cheveux savamment coiffés sur l'ordre de sa mère allaient être écrasés par le vieux chapeau. Morgane ne riait pas de l'objet, rafistolé et sans prétention elle savait qu'il était l'un des artefacts les plus puissants du château. Puissant et perspicace. Il l'envoya à Serdaigle. Elle le reposa avec délicatesse sur le tabouret branlant et se dirigea vers sa nouvelle maison sous les applaudissements. Le regard le plus important de la salle ne l'accompagnait plus. Aucune déception n'apparut sur son visage. Serdaigle est une maison qui abrite nombre d'habiles sorciers. Elle y ferait des étincelles.
    Elle y fit des étincelles, dès les premières leçons. Il est dans la nature des Fowl d'aspirer à devenir les plus grands. Morgane ne s'en cache pas et y travaille, elle les dépasserait tous, elle égalerait cette Hermione Granger dont le nom était associé à brillant. Un Serpentard était aussi assimilé au succès, un septième année, ou sixième peut-être : Cennyd McAyr. Brillant et irrésistible d'après certaines adolescentes sous le charme. Sans être un rat de bibliothèque Morgane étudiait avec régularité et efficacité. Efficace aussi dans ses relations, avortant tout espoir amoureux envers son frère. Il réparait inévitablement les dégâts causés par sa cadette et ce petit jeu devint quotidien. Drôle de couple que les Fowl, étranges et attirant. Morgane perpétuellement jalouse et douce, Edward à son aise dans ce petit jeu où il n'avait que des avantages. Le vent tournerait.


    Dernière édition par Morgane Fowl le Dim 18 Jan - 17:50, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Dim 18 Jan - 17:33

    Morgane découvrit Pré-Au-Lard et l'hiver à Poudlard. Morgane découvrir la compagnie des sang-de-bourbes, ces profiteurs. Compris déjà que les vérités énoncées par ses parents n'étaient peut-être pas immuables. S'acharna pourtant à croire en ce qui lui avait été inculqué depuis sa plus tendre enfance. Les mois passèrent, elle appri. Elle entra dans sa seconde année, année de buses pour Edward. Son nom commençait à être assimilé à l'idée de succès. Edward avait déjà fait ses premiers pas, Morgane se devait d'être à la hauteur. Elle l'était, leurs parents ne s'imaginaient pas qu'un de leurs enfants pouvaient déraper. Morgane commença à douter de la nature abjecte des sang-de-bourbe. Morgane s'attacha à l'un d'eux au cour de sa troisième année, Edward passait ses Aspics et moins de temps avec sa cadette. Il comprit qu'elle lui cachait quelque chose alors qu'un soir il ne la vit pas le rejoindre. Ils avaient prit l'habitude de passer quelques nuits ensemble durant la semaine. Ils dormaient toujours ensemble lors des vacances scolaires, au manoir qui s'était vidé de la présence de leurs parents. Parents trop préocupé par un événement qui semblait capital pour la famille. Le vent tournait pour Edward Fowl et bientôt la jalousie de Morgane fut réciproque. D'étrange couple ils attiraient désormais les rumeurs. On parlait d'inceste. Ils ne firent aucun commentaire. Morgane n'obéit pas à son frère qui la couvrait quand à ses nouvelles fréquentations. La serdaigle avait comprit que les née-moldu pouvaient être des sorciers remarquables. Edward réussit ses Aspics, elles furent fêté dignement et Morgane vit une nouvelle fois son frère s'éloigner. Devenu rentier, il vivait au manoir familial. Il était le seul à connaitre les agissements de Morgane à Poudlard, il ne pouvait plus proteger sa soeur des sang-de-bourbe qui lui faisaient croire en une égalité absolument imaginaire de leurs sangs. Il décida, un an trop tard, d'entreprendre des études qui lui permettraient de devenir professeur.

    Morgane, âgée de quinze ans, se mit en tête de devenir occulmen. Sa situation semblait précaire, c’était les dires d’Edward qui avait abandonné l’idée de la ramener à la raison. En revanche il n’avait de cesse de chercher des solutions pour que les choses ne tournent pas contre sa cadette. Morgane goûta avec délice cette obsession retrouvé, si familière… L’idée était de lui, il avait vaguement tenté de le devenir puis échoué, trop peu motivé. Edward savait manipuler les gens de part son éducation et on ne rencontre pas tous les jours quelqu’un qui à le pouvoir de lire dans votre tête. Les légilimens ne courent pas les rues, mais leur père n’est pas non plus des plus banals. Si l’abandon d’Edward avait été rapide c’est aussi parce qu’il n’avait rien de sérieux à cacher à son père. Rien qui ne le pousse à forcer l’esprit de son fils... Ne pouvant pas en dire autant de Morgane, l’éventualité de l’effort se fit de plus en plus raisonnable. En réalité elle lui parût nécessaire lorsque sa sœur perdit contrôle.
    Tout le monde sait qu’un Doloris ne tu pas véritablement, du moins il n’est pas la cause immédiate de la mort. Le corps convulsé de Morgane semblait crier le contraire, d’ailleurs le hurlement continu n’était plus qu’un bourdonnement dans l’esprit d’Edward. Impuissant. Elle avait trahis son sang, elle les avais trahis. Barthélémy Fowl ne s’en remettais pas et semblais vouloir mettre fin aux jours de sa fille. Il n’en était rien, il se serait contenté de l’Avada Kédavra. Sa fille n’avait rien d’une vermine et c’est pourquoi il prenait le temps de la remettre sur le droit chemin. A sa manière…
    Un instant sa baguette s’affaissa, la voix de Morgane se brisa. Terrifiée elle tenta un geste pour ramper plus loin. Impossible, ses muscles contactés à l’extrême et son souffle rauque lui apprirent la réalité de la scène qui s’était déroulé des années plus tôt. Les rôles étaient changés. Edward la fixait, immobile, elle haletait, Barthélémy sourcilla. Morgane avait relevé le visage vers son père. Elle avait imaginé ne pas pouvoir avoir plus mal au crâne, ce n’était rien quand à l’intrusion de son paternel dans son esprit. Froide et clairement vindicative, Morgane ne chercha pas à résister. Gisant sur le sol du salon elle attendait avec anxiété le retour de la douleur, elle ne pouvait cacher souvenirs et opinions à son père. Combien de temps dura ce petit manège ? Il est probable qu’aucun des trois protagonistes ne s’en souvienne.
    Les mains d’Edward se baladèrent avec douceur sur le corps meurtrir de sa sœur . Il s’était saisit de son corps dès qu’il avait vu l’insupportable situation prendre fin. L’impression de porter un pantin désarticulé était frappante. Morgane, à travers la conscience cotonneuse qu’elle avait des choses nota la douceur avec laquelle il avait atteint l’étage, sans à-coups. Morgane se demanda si son contact avait été si bénéfique pour son frère, quelques années plus tôt. Il lui répondit en l’enlaçant. Protecteur.

    Les premières fois furent délicates et laborieuses, comment apprendre à fermer son esprit quand on n’a pas de légilimen pour professeur? Les seuls conseils qu’Edward put lui apporter furent ceux qui lui permirent de se détendre dans le but de s’hermétiser. Ces premières vacances passèrent trop vite, entre les désastreuses retrouvailles. Le temps qu’Edward mit à la convaincre de tenter l’apprentissage. L’apprentissage en lui-même.
    Morgane parti avec moins de difficultés cette fois, elle allait pouvoir fouiller la prestigieuse bibliothèque de Poudlard. Retrouver Eric et sa clique pour mieux trahir son sang. Encore une fois. C’est Edward qui la conduisit jusqu’au quai. Ses lèvres possessives se posèrent avec force sur le front de sa sœur alors qu’elle embarquait pour les séparer à nouveau. L’obsession était de nouveau réciproque. Quelque peu angoissante. Epuisante pour leur mère qui s’acharnait à vouloir les protéger en les éloignant. C’est un joyeux adieu qu’elle avait adressé à sa fille le matin même, la suppliant de faire attention et de ne pas divaguer. Morgane c’était retenue de lui montrer combien il était trop tard…

    L’exercice se révéla plus ardue que prévu, Morgane finissait ses journées épuisé. Ses recherches associés aux intensives révisions ne lui laissai que peu de répit. Quel importance ? Elle brillait désormais et son nom semblait définitivement associé au succès. Effectivement Edward avait obtenu ses Aspic avec brio et elle était sur le même chemin. Les choses semblaient parfaitement s’arranger pour elle. Avec Dumbledor à Poudlard son père ne pouvait « s’occuper de son éducation » et elle cheminer en toute tranquillité. Discrètement tout de même, il aurait été de mauvais goût de provoquer ses sang-purs de relations. Si Morgane se forgeait peu à peu son opinion sur les différences de sang il n’était pas question de devenir sotte. Son courrier était quotidien et il semblerait qu’Edward soit de retour à Poudlard juste après l’obtention des Aspic de sa sœur. Il le déplorait, elle en riait. Ils avaient vraiment la poisse n’est-ce pas ? Ses vœux d’avenir s’affinait, l’avenir tracé dès sa naissance agissant en parallèle.

    Elle reçut la nouvelle des fiançailles de son frère comme une trahison de la plus haute importance. Pire que de trahir son sang, pire que de ne pas prêter allégeance au maître. Maître qui serait, on le disait, bientôt de retour… Edward Fowl se fiançait. Une femme partagerait son lit dans les prochaines années, elle chercherait inévitablement à s’immiscer entre Morgane et son frère. Clamerait une obscénité qu’elle s’imaginerait, pas plus fûtée que ceux qui les avaient épié lors de leur scolarité commune. Chaque syllabe de son nom écorchait l’esprit révolté de Morgane, la douceur de leur association… Elle savait que l’Autre gagnerait. Le nom désormais craché plus que mentionné était rayé à chaque fois qu’il apparaissait au milieu des mots de son frère. Frère qui ne semblait pourtant pas éprouver une grande passion pour sa future épouse. Les fiançailles se dérouleraient lors des vacances de printemps.
    Edward Fowl et Éléonore Harlest ne s’uniront que quelques temps plus tard.
    C’était le premier noël où Morgane ne souhaita pas rentrer chez elle. Elle profita de ce retour non désiré pour tester ses progrès, ne fuyant pas la présence de son père. Elle se rengorgea en notant le fruit de ses efforts, son père avait voulu ses intrusions discrètes et elle avait donc dû se concentrer sur la cloison de son esprit durant chaque instant en sa présence. Elle était épuisée lorsqu’elle se glissa dans le lit d’Edward : Quitte à être revenue autant user et abuser de ce qu’on allait lui arracher. Morgane soupçonnait sa mère d’être à l’origine de l’aboutissement des fiançailles. La compagne idéale avait dû être traqué jusqu’en France où Jessica Fowl influait encore. Morgane enfouissait son vissage dans le cou de son aîné pour ravaler le sel de ses yeux. Il était trop jeune, la frustration était insoutenable. Il serait fiancé, mais pas encore marié. Il était trop jeune. Morgane aurait voulu hurler son écœurement, son frère l’étouffait dans une étreinte possessive. Une idée lui traversât l’esprit, elle marmonna, elle supplia . Dans un souffle, elle annonça : « Je la tuerais. »
    Edward éclata de rire, il n’avait pas vu les mâchoires de Morgane se resserrer. A moins que ce ne fût un moyen de conjurer le sort ?

    Le retour à Poudlard avait été insupportable. Le lit de son dortoir était trop petit et trop vide. Elle agissait toujours avec la même subtilité quand à ses « douteuses » relations. Elle n’ignorait cependant pas qu’elle était sur une corde tendue et savait aussi que dès la sécurité de Poudlard évaporé elle devrait trahir ces même amis en les quittant. Ils lui avaient ouvert les yeux. Elle les en avait maintes fois remercié.
    Bien entendu elle obtint ses BUSES avec brio à l’instar de son aîné. Elle savait ce à quoi elle allait se destiner. Il n’était plus question de suivre gentiment le chemin tracé. Morgane n’était pourtant pas assez courageuse pour provoquer famille et entourage. Elle ne connaissait que trop bien les conséquences. L’été serait consacré à l’obtention de son droit d’accomplir ce qu’elle avait décidé. L’été fut également le théâtre de souffrances inutiles, lorsqu’elle relâchait son attention sur son esprit. Elle se rendit compte à quel point elle était surveillée.
    Chaque fois qu’elle sortait, elle était soumise à un examen mental. Cet entraînement au dépend de son père fut exténuant, mais fructueux. Si elle n’était pas encore une occulmen accomplie, elle n’en était plus bien loin. Ça lui était nécessaire, elle devrait vivre par mis des Mangemorts qui n’accepteraient pas son ouverture d’esprit. Elle tenait trop à sa peau… Les fois où elle sortait sans Edward étaient inévitablement suivit d’un examen mental qui durait toute le soirée. Une fois elle craqua, elle crû mourir une fois de plus. Brathélémy Fowl ne cherchait aucune explication. N’imagina pas une option convenable, punis sa fille. Il ne comprenait pas ce qui l’attirait chez ces raclures de sang impurs. Il était inconcevable qu’elle fasse encore l’erreur de lui désobéir. Edward avait été chargé de la suivre à chacun de ses déplacements. Cette décision affligea sa femme et enchanta- sans qu’il ne le remarque- ses enfants…

    L’été permis à Morgane d’obtenir un peu de pouvoir sur sa vie, malgré la mauvaise estime que son père avait d’elle. La demoiselle obtint la permission d’entreprendre des études de médicomagie après sa scolarité à Poudlard. L’idée n’avait auparavant jamais été évoquée. On savait que Morgane épouserait celui qu’on lui destinerait et qu’elle serait une exelente épouse : Ce serait le fruit de son éducation. Inévitable, voilà pourquoi la jeune Fowl s’accrochait à l’idée d’obtenir un travail. Etre reconnu pour autre chose que pour son nom deviendrait nécessaire. On savait dans l’enceinte de Poudlard qu’elle était quelqu’un de brillant, l’idée de n’être plus qu’un bel accessoire lui était proprement insupportable.

    Cet été accorda à Morgane et son frère quelques moments privilégiés, enchantant Morgane. Edward devait la suivre quelque fut l’endroit où elle se rendait. Morgane ne fréquenta plus ses amis durant l’été, Barthélémy lisait aisément l’esprit d’Edward. La victoire semblait couler dans le corps de chacun des Fowl à une exeption prêt, Jessica. Seule la mère de Morgane avait compris combien cette compagnie constante desservait ses intérêts. Ses enfants n’avaient nul besoin d’être plus proche qu’ils ne l’étaient déjà, Éléonore supporterait-elle cette étrange relation ? La comprendrait-elle seulement ? Il était préférable qu’il ne soit pas le cas. C’est donc à contrecœur, mais par nécessité qu’elle s’évertua à protéger l’intimité de ses enfants... Morgane lui donnait trop de contraintes, comme l’adorable enfant qu’elle avait façonné avait-elle pu devenir si compliquée ? Ses envies de liberté et de pouvoir était propres à leur famille, elle ne pouvait lui reprocher son ambition, mais les gens avec qui son chef d’œuvre fraternisait… Abjecte.

    Le summum fut atteint lorsqu’elle revint défigurée : Deux tatouages salissaient la peau de sa fille. Leur signification ? Morgane n’en dit pas un mot. Les mots n’avaient pas lieu d’être, au dessus de son sourcil droit un chiffre, identique à celui qui ornait son majeur gauche. Cette erreur intervint peut avant le retour de sa fille à Poudlard. Ce fut la première fois où la douleur ne servit pas de châtiment. Le sourire de Mme Fowl fut pire que la douleur infligée par son père. Morgane frémit en entendant les mots de sa mère. « Il est regrettable que le jeune Peterson te rencontre ainsi défiguré… » Le sourire vainqueur de sa mère était un coup plus profond et bien moins virtuel que les doloris. Morgane serait bientôt fiancée. L’image d’Éléonore s’imposa à elle. Elle devait détruire cette arriviste, l’idiote pensait avoir mit le grappin sur un Fowl. Sombre erreur. Morgane saurait lui rappeler. Ce regain d’animosité envers sa rivale n’était autre qu’une manière peu subtile de maudire le sort et sa condition de fille de sang-purs : Ambroise Peterson serait son époux et cet accord avait été decidé bien avant que Morgane ne prenne réellement conscience de ces choses. Evidemment le jeune Peterson possédait le sang le plus pur qui soit et une prestance digne de son nom. Leur couple ferait un grand effet et leurs parents respectifs étaient fiers de cet accord. Ambroise n’avait pourtant rien qui fut susceptible de retenir l’attention de Morgane. Trop conditionné il ne s’était jamais posé la moindre question sur son monde. Il était intelligent et d’agréable compagnie mais d’une fadeur qui, inévitablement, ennuyait la demoiselle.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Dim 1 Fév - 17:55

    Cette annonce refroidit Morgane, ces tatouages qui rompaient l’harmonie créée par sa mère avaient été réalisés alors que son frère était en compagnie de sa fiancée. La froideur que Morgane instaurait entre sa belle sœur et elle n’en avait été qu’augmentée. Morgane en voulait également à son frère, pure jalousie. Elle fut irréprochable lors du dîner que les Fowl donnèrent pour les Peterson. Bientôt on annoncerait les liens entre les deux familles. Obéissant à son rôle avec docilité et talent, personne ne doutât de la bonne entente entre les enfants. Ambroise était âgé de quatre ans de plus que sa promise, en pleines études qui le mèneraient dans l’un des plus hauts postes du ministère. Edward ne montra rien des sentiments qui l’animèrent ce soir là, parfait fiancé de sa parfaite future épouse. L’échange silencieux n’en fut pas moins difficile. Les jeunes Fowl s’affrontèrent à coups de sourire et d’attentions porté à d’autre.

    Bienvenu dans le monde de la haute société.

    L’été s’acheva sur le sourire satisfait de Morgane. L’éloignement ne lui était plus aussi insupportable, elle savait désormais qu’elle était à égalité dans son combat. Elle retournait donc à Poudlard avec pour nouvelle motivation celle de s’offrir l’avenir qu’elle avait choisit.
    L’élève brillante qu’elle était n’aurait pas de problème pour devenir médicomage. Pourquoi ce métier ? Pourquoi s’attarder sur le sort des autres ? La chose est simple. Imaginer votre avenir tout tracé, imaginer que votre bras portera une marque signifiant votre appartenance à un groupe de tueurs idéologiques. Imaginer alors que vous ne croyez pas en cette même idéologie, enfin prenez en compte le fait que votre vie dépendra de celui que vous servirez. Morgane était profondément consciente de ce qui serait inévitable dans sa vie, elle avait donc choisit la voie qui lui permettrait de compenser au mieux ce qu’elle serait amener à détruire. Faible compensation il est vrai, mais Morgane n’est pas de ces révolutionnaires qui trahissent familles et amis pour leurs opinions. Trop peu courageuse, trop attachée à son frère. Sans jamais vouloir décevoir ses parents, ses parents trop souvent déçus … Voilà bientôt deux ans que le Maître tait de retour. Les choses s’étaient précipitées. Morgane n’avait plus que deux années avant de voir son bras souillé à l’instar de ceux de sa famille. Edward, Jessica, Barthélémy… Tous arboraient l’infâme marque. Tous obéissaient avec ferveur. Rien n’était caché au Maître, pas même sa tromperie. Le manquement à son sang. Morgane devrait se racheter si elle voulait vivre. Elle ne rentra pas pour les vacances, préférant passer ses derniers moments avec ses amis moldus. De nombreuses disputes les avaient opposé alors qu’elle les priait de s’enfuir. S’enfuir n’importe où, mais elle les suppliait de quitter l’Angleterre. Non, elle ne les suivrait pas, elle n’en avait pas le pouvoir. Ils avaient compris pourquoi elle ne s’affichait plus avec eux lors des journées à l’école : l’été lui avait permis de leur expliquer. Les bleus, seules marques témoignant de sa résistance aux doloris, leur avaient prouvé qu’elle ne mentait pas à propos de son avenir. Au deuxième trimestre sept élèves de sang impur avaient disparut de l’école.


    Le temps lui fut ensuite volé. Honteusement. Morgane vit l’année scolaire s’écouler à une vitesse ahurissante, prise par ses études et ne revenant chez elle que pour les vacances. Elle n’expliqua son absence lors dès premières vacances que par une prétendue difficulté à suivre le rythme des cours. L’excuse passa, son absence lui sembla bénéfique lorsque elle retrouva un Edward impatient pour Noël. Douce vengeance. Elle leur infligeait une punition commune et particulièrement tordue, en accentuant leur éloignement elle accentuait leur obsession et se rendait indispensable. La raison était simple : Le mariage de son frère était prévu pour l’été précédent sa septième année. Elle ne pouvait décemment pas laisser cette Éléonore prendre une quelconque ascendance sur son aîné !

    On avait retiré des heures aux jours, des mois aux saisons. Il n’y avait aucune autre explication au fait que Morgane soit déjà entrain de joueur son rôle de demoiselle d’honneur. Aidant la future marié à choisir la robe et les fleurs qui la rendrait inoubliable. Rôle qu’elle jouait, est-il utile de le préciser ? , à la perfection. L’été commença sur une note amère. L’Amertume n’était ressentie que par Morgane, on profiterait du mariage de son frère pour annoncer ses fiançailles. Sa mère gagnait haut la main… Morgane ressenti la préparation de sa future belle sœur comme un supplice lui étant tout particulièrement destiné. Elle ne fit aucune extravagance afin d’être éblouissante, contrairement à la marié, et le fut pourtant. Le tissu de sa tenue était de la meilleure facture et sa mère avait prit un malin plaisir à travailler pour rendre sa famille indéniablement irréprochable. Le mariage fut long, terriblement long et parfait, le moindre détail était pensé, calculé et ajusté. On applaudit les vœux de bonheur aux mariés et l’alliance future entre les Peterson et les Fowl. Ambroise avait passé un bras fier et possessif à la taille de Morgane, celle-ci afficha un sourire qui trompa tout le monde. Excepté les Fowl. L’amertume de la défaite emplie Morgane durant les premières semaines de cet été. Son frère emménageait avec son épouse dans le second manoir Fowl. Les visites de son fiancé lui semblaient trop fréquentes pour finir par les insomnies que lui provoquait l’absence du corps tant chéri auprès d’elle. Sans pour autant maudire le sort, les dieux et leurs acolytes, Morgane sembla perdre de son étincelle durant les premiers temps. Sembla seulement parce qu’il n’est pas dans son caractère de se laisser abattre, jamais. Elle s’évertua donc à coller au rôle qu’on lui avait assigné afin de minimiser les dégâts. Il était clair depuis plusieurs années que son frère nourrissait autant de jalousie à son égard qu’il en était le fruit. Ambroise Peterson n’était qu’un pion. Un pion à l’avenir radieux, mais un pion reste un pion.
    Morgane trompa donc son monde, Jessica elle-même se prit à l’illusion. Sa fille avait-elle enfin retrouvé la raison ? Les marques de ses déviances seraient permanentes, mais là pour prouver le chemin accomplit. Morgane semblait tout à fait satisfaite de son fiancé et s’évertuait à être la jeune femme qu’on avait toujours voulut qu’elle soit. Oui, la victoire semblait acquise.
    Entre visite à son frère, études et courtoisie mondaine, l’été s’effaça laissant la place à la rentrée tant attendue. Une rentrée accueillant une Morgane épuisée de ses insomnies qui étaient encore trop fréquentes. Accueillant aussi une jeune femme déterminée à acquérir les derniers lambeaux d’avenir qu’elle s’était forgée. Poudlard sous la direction du professeur Rogue avait perdu de sa grandeur, d’après Morgane du moins, cet homme avait pour lui une prestance propre à combler les sangs purs. Morgane avait apprécié la perspicacité de son précédant directeur. Les regrets sont stériles et c’est pourquoi elle ne s’attarda pas sur ce déplaisant détail, l’important était que l’enseignement ait conservé toute sa qualité. La demoiselle ne fut pas déçue et pu se plonger à loisir dans l’acquisition de nouvelles connaissances. Elle avait perdu ses amis impurs, elle n’entretenait désormais que relations courtoises et distantes avec ceux dont elle avait besoin. Les plus grands par exemple. Elle ne regrettait en rien d’avoir sympathisé avec ses moldus. Ils lui avaient trop apporté, assez pour se détacher de son conditionnement pro-sang pur . Assez pour qu’elle se mette en danger avec se genre d’opinions d’ailleurs…

    Morgane reprit sa correspondance quotidienne, son frère n’évoquait que peu son mariage. Il serait déraisonnable de mettre son épouse en danger et les menaces de Morgane n’était que trop présentes pour être ignorées. La serdaigle recevait également des lettres de son fiancé, auquel elle ne répondait que lorsqu’elle en trouvait le temps. Le sommeil lui revint peu à peu, à moins qu’elle ne se fût habituée à des nuits plus courtes ? Toujours est-il que les cernes sous ses yeux disparurent progressivement. Morgane réintégra le manoir à chacune des vacances, elle les attendait avec impatience, elle retrouvait son aîné. Le ridicule de leur situation lui arrachait des rires cyniques, se retrouver dans le dos de tous comme des amants maudits. Ridicule ! Il n’empêche qu’elle ne faisait pas mine de s’en empêcher. Les changements étaient significatifs chez chacun d’eux. Edward était marqué par son maître. Par-dessus tout il croyait en son maître. Morgane ne cacha pas ses opinions, espérant qu’il saurait ne pas penser à ses paroles en présence de légilimens…. Lui remarqua la détermination de sa sœur et le désintérêt qu’elle affichait désormais pour son fiancé, comme si celui-ci n’était plus une menace. Ce changement était plus inquiétant que ses étranges relations.
    Combien de fois Morgane voulut-elle mettre ses menaces à exécution lorsqu’elle se trouvait loin d’Edward. Cette Éléonore bien trop près à son goût. Autant d’envie qu’elle réprima avec volonté et patience. Éléonore n’était pas la priorité, d’ailleurs la menace immédiate était son âge. Les mois s’écoulaient sans paresse. L’approchant chaque jour un peu plus du jour où son bras clamerait son appartenance à celui qui avait retourné le monde magique. Ce moment arriva trop vite.


    23 Avril, Morgane avait 17 ans. L’âge pour être marquée. Les vacances de printemps furent prétextes à une réunion de présentation. Les mangemorts cagoulés soumettaient leurs progénitures ou leurs trouvailles à leur maître. C’est Edward qui conduisit Morgane, il n’était pas aussi influent que son père, mais Barthélémy leur avait accordé cette faveur. Dans son dos la main d’Edward l’aida à supporter le spectacle de ceux qui étaient marqué avant elle. Un jeune homme fut executé, il semblerait qu’il n’était autre qu’un imposteur qui ne s’était pas préparé à l’examen mental. Morgane ne se leurrait pas, elle ne saurait fermer son esprit au Lord, mais elle saurait cacher quelques détails trop inavouables. C’était vital. Elle y parvint, à moins que le Lord n’ait fait une exception ? Non. La baguette de son maître s’enfonçât dans son avant bras, la douleur la suivit de près. La marque naissait, jaillissant de sa peau, douloureux contraste. Morgane ne laissa pas échapper une plainte, serrant les mâchoires jusqu’à ce que son maître en ait finit avec elle. Désormais elle n’avait plus qu’à obéir à cet homme au faciès de serpent. L’idée ne l’enchantât absolument pas. Edward la soutint jusqu’à ce qu’ils puissent transplaner au manoir famillial.

    Les événements s’enchaînèrent ensuite sans surprise. Morgane obtint ses ASPIC à l’instar de ses BUSES, admirablement. Morgane refusa catégoriquement d’abandonner les études qu’elle envisageait, réussit à faire céder sa famille. Ambroise, qui avait un avis influent auprès des parents Fowl, trouva l’initiative intéressante et encouragea sa promise à aller au bout de ses idées. S’il savait combien ses idées ne lui seraient pas profitables ! Morgane entreprit donc des études pour devenir médicomage, sa première mission avait été d’une injustice telle qu’elle n’avait que plus envie d’aller jusqu’au bout de ses études. Elle sauverais des vies, espérait devenir capable d’en sauver autant qu’elle en volerait. Inévitablement elle fit par de ses inquiétudes à son frère. Il ne sût que la pousser à réussir, lui ne partageait pas les idées de sa sœur, mais les tolérait.

    Morgane fut marié plus tard qu’elle ne l’aurait crut. Deux ans avant d’avoir achevé ses études. Morgane Fowl devenait Morgane Peterson. Le mariage avait été parfait, à l’instar de celui d’Edward et Éléonore Fowl. La mariée avait été plus belle encore que Mme Fowl. Ambroise offrit son nom et bien plus a sa compagne. Morgane Peterson.
    Morgane fut veuve trop tôt. Le temps avait accordé moins d’un an aux jeunes époux. Ambroise Peterson avait été assassiné de manière moldue, la poitrine imbibée de sang. On se rappellera de sa femme ravagée par le chagrin, ne voulant quitter le corps du mort. Souillée de son sang. Ce fut la première fois qu’on vit la jeune Peterson dans un tel état. La dernière. Qui irais soupçonner une femme ainsi blessée ? Comment aurait-elle pût utiliser une arme à feu pour voler la vie de son promis ? Jamais, on le savait, elle ne se serait abaissée au niveau des impurs. Morgane Peterson abandonna nom et patrimoine pour redevenir Mlle Fowl. La douleur était insoutenable, comprenez-le. Elle se reprit pourtant admirablement.


    Désormais Morgane vient d’obtenir son diplôme. Médicomage depuis un an tout juste, remarquablement efficace. Elle rend toujours de régulières visites à sa belle famille. Vivait au manoir Fowl aux dernières nouvelles. En réalité elle vient d’acquérir un appartement dans le Londres magique.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Mar 3 Fév - 20:43

    RP

    L’appartement était plongé dans le noir, emplit de notes de musique. L’endroit avait été aménagé de manière à obtenir la meilleure acoustique possible. Une bouilloire se mit à siffler, magiquement Morgane l’arrêta et se servit une tasse de thé avant d’aller s’enfoncer dans l’immense sofa du salon. Son loft avait été décoré avec un goût indéniable, vous devez me croire sur parole puisque le manque de lumière ne permet pas de juger. Le bruit de la tasse posée à même le sol était l’alarme signalant que Morgane était enfin éveillée. Ces nouvelles habitudes étaient d’une douceur sans égale. Epargner ses pupilles jusqu’à ce qu’elle décide qu’il était temps de se mettre en route. L’inactivité qui ponctuait inévitablement son petit déjeuner était d’autant plus marquante par le contraste caractéristique de sa manière de se préparer. Elle ne mettait pas plus de dix minutes dans sa salle de bain, séchait ses cheveux magiquement et ne tergiversait pas sur la manière dont elle allait s’habiller. La perfection est une histoire d’entraînement. Morgane l’avait apprise depuis sa plus tendre enfance. Elle ressortait donc de la luxueuse salle de bain avec cet air assuré de celles qui se savent belles. Si elle ne s’accordait aucune coquetterie le matin, il n’était pas rare qu’elle se prélasse dans un bain brûlant et mérité à son retour du travail.
    Pourquoi ne pas profiter d’un tel endroit ? Vaste et des plus accueillant.

    Morgane transplanait ensuite directement à Ste Mangouste pour commencer sa journée par une visite à ses patients. Il était indéniable qu’elle aimait son travail et s’y engageait pleinement. Médicomage spécialisé dans les blessures infligées par des créatures vivantes, Morgane avait atteint son but. Ne réparant pas les crimes de ses paires, sauvant d’autres vies.


    « Lorsqu’on pactise avec le diable on n’en ressort pas indemne. »

    Morgane baissa les yeux sur l’homme qui accrochait son bras avec virulence. Là où se trouvait la marque, elle lui offrit l’un de ses plus beaux sourires et détacha le bras du sien. Ce patient avait une soixantaine d’année et restait dans un état qui ennuyait Morgane. Elle avait demandé qu’on vienne vérifier s’il n’était pas également victime d’un sortilège qu’elle n’avait sût détecter. Une morsure de serpent ne pouvait décemment mettre autant de temps à se résorber ? Toujours est-il que ce patient l’ennuyait avec ses allusions sans cesse renouvellées. C’est d’un ton doux et compréhensif qu’elle répondit tout en le rallongeant :

    « Vous êtes fatigué Mr Bass, reposer vous, il est inutile de faire d’inutiles efforts. »

    Un dernier regards aux compte rendus de la nuit de son malade et une indication aux infirmière. Ce patient, comment pouvait-il savoir ? Il délirait très probablement. Morgane prenait toujours grand soin de ne pas dévoiler son appartenance à l’armée de son maître. Faible résistance avouons-le.
    La journée se déroulait comme les précédentes et certainement comme celle qui allaient suivre, avec néanmoins, l’avantage de n’avoir pas été appelée. Le plus souvent les cas amenés en urgence ne lui posaient pas de réels problèmes, son équipe était efficace et si elle ne se répandait pas en compliments, son silence signifiait sa satisfaction. Il était connut que la douceur du médecin n’était que pour ses patients, profondément dévouée. Certains médisaient sur cet engagement et n’avaient pas attendus pour chercher un défaut dans cette apparente perfection. Son défaut ne valait qu’à ses yeux. Maintenant que son Maître était ministre de la magie qui oserait lui reprocher son appartenance ? Les fous éventuellement.
    La jeune médecin ne quittait l’hôpital qu’à midi. Souvent elle mangeait en compagnie de son frère après avoir transplané à Pré-Au-Lard . Ce midi ne fit pas exception et c’est avec amusement qu’elle l’écouta lui décrire les erreurs –aberrantes- de ses élèves. Ils avaient tout deux été de brillants élèves, mais si Morgane aurait été trop dure dans le rôle de professeur son frère semblait s’y complaire . Efficace, beau et apprécié.
    Les racontars des couloirs de Ste Mangouste faisaient erreur : Morgane Fowl accordait de l’attention à ses patients moins qu’à son frère. Ceci était la deuxième tare de la demoiselle. Aimer son frère, on avait oublié ce défaut avec une déroutante facilité. Le lien unissant les Fowl n’avait fait que déranger leur condisciples durant leur scolarité. Il arrive fréquemment qu’on préfère oublier ou ignorer que de se confronter à la réalité.
    La situation avait pourtant légèrement évolué. Depuis quelques mois Edward était l’heureux père d’un bambin en parfaite santé. Désormais Morgane mettait les pied au manoir sans chercher à faire souffrir Éléonore, sa belle sœur. L’enfant avait encore besoin d’elle.

    L’heure qu’elle s’accordait passait toujours trop vite et était parfois interrompue par un signal la ramenait à l’hôpital : Une urgence.
    Le quotidien de Morgane commençait à ressembler à la routine de ce que les moldus appellent des carrer-women. La jeune femme en avait conscience et c’était en quelque sorte un but, ne plus être attachée à quiconque. Se protéger probablement. Le jeu auquel elle s’abandonnait n’était autre que celui de la manipulation, se jouer du monde et de ses réactions. Inévitable et c’est pourquoi elle était souvent présente aux réceptions données dans la sphère des grands noms…


    Occulmencie :

    Morgane à développé ce don pour une raison simple : Survivre. Si la première réelle menace sur son esprit n’était autre que son père celle qu’il lui faut désormais parer sont souvent plus éprouvantes.
    L’occulmencie lui permet de cacher ses plus vils espoirs : L’idée d’une égalité entre les née-moldus et les sangs purs. La raison de son poste, son désaccord avec les idées du Lord Noir et par dessus tout les quelques personnes qu’elle à tenté de sauver après une mission. Ces « détails » seraient probablement suffisant pour l’envoyer six pied sous terre et alors comment pourrait-elle tenter de racheter ses crimes ?


    Avatar : http://mincedniku.deviantart.com/art/Nine-of-Spades-40214782
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Lord Voldemort
    *Ministre de la Magie*
    ¤Grand Méchant Serpent Chauve et Gris¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 48
    Age : 87
    Localisation : Ministère de la Magie, Londres
    Date d'inscription : 08/11/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Mer 4 Fév - 16:09

    MP bien reçu.
    Un Mangemort Médicomage, c'est bien utile, ça ^^ Je pense, d'ailleurs, que si ton personnage n'est pas si efficace que ça sur le terrain, elle se retrouvera plus avec des missions en arrière garde pour s'occuper des blessés ou des missions moins meurtrières à falsifier des dossiers ou autres.
    Par contre, fait attention, si le Lord Noir décide vraiment d'user de Légillimencie sur Morgane (ce qu'il ne fait que très rarement), ses pouvoirs d'occlumens ne seront certainement pas suffisants.
    Pour moi, c'est valide.

    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    William Stark
    *Barman of the Rose Rent*
    ¤L'Anglais de l'Alexanderplatz¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 263
    Age : 62
    Localisation : Allemagne - a droite à gauche
    Date d'inscription : 04/11/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Mer 4 Fév - 19:25

    C'est parfait pour moi aussi (t'en doutais hein ! ) Bon jeu ^^

    _________________
    Are you goin' to Scarborough Fair ?
    Parsley, Sage, Rosemary and Thyme
    Remember me to one who lives there,

    She once was a true love of mine

    Cadfael (Jon) William Stark
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Morgane Fowl
    *Médicomage*
    ¤Valet de Pique¤

    avatar

    Nombre de messages : 46
    Date d'inscription : 20/12/2008

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   Jeu 5 Fév - 19:50

    Merci bien à vous deux ^^

    My Lord > Morgane sait qu'elle ne serait pas en mesure de cacher la vérité à Vodemort c'est surement pour ça qu'elle fait tout pour ne pas se faire remrquer clin d'oeil (et aussi je me suis trompé dans mon mp de recrutement. Sa famille sait qu'elle est mangemort donc, oui, on sait qu'elle est mangemorte.)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Morgane Fowl   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Morgane Fowl
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » bon anniversaire a ma puce Morgane
    » le plongeur MORGAN DELCOURT
    » avis de dsiparution :M. S 17ans 1/2
    » Léa Morgane vs Priscilla Vatrano - Elles chantent Céline!
    » joyeux anniversaire morgane

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Europa Nox :: Bureau d'Immigration :: Registres :: Allemagne :: En vacances-
    Sauter vers: