Forum de jeu de rôle sur l'Europe post-potterienne.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum !

  • Les inscriptions sont ouvertes, pour toutes questions, n'hésitez pas à postez ICI
  • Intrigues en cours, consultez les revues de presses

  • Partagez | 
     

     A la recherche du grand méchant loup

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Ruyven Lestat
    *Baguettiste*
    ¤Mr. Gwerlaz¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 7
    Age : 29
    Localisation : Dans la boutique
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: A la recherche du grand méchant loup   Mer 11 Fév - 15:57

    Ou de l'arbre à miracles, parce que Ruyven, le grand méchant loup il l’avait déjà vu et n’avait pas été franchement impressionné. Et puis qu’avait-il à craindre à Brocéliande ? Forêt chargée d’ans, de mystères et de touristes aimait-il à dire. Souvent, il aimait se recueillir sur la fausse tombe de merlin, lire les vœux des enfants qui le prenaient pour le père noël. Il aimerait bien voir ça sur la tombe du vieux De Fontaine tiens. Fallait encore que le croûton se décide à passer l’arme à gauche et vu comme il était partit, il avait encore le temps de rêver.

    On était Mardi matin. Tôt, enfin Ruyvenment parlant ce qui voulait dire aux alentours de neuf/dix heures. Le soleil ne se montrerait pas aujourd’hui et une pluie fine indiquait la présence de touristes, de parisiens voire simplement d’un idiot dans les parages. Car c’est bien connu, en Bretagne, il ne pleut que sur les crétins. C’est juste qu’il y en a plus qu’ailleurs. L’adolescent évitait d’ailleurs tout contact avec les êtres humains quand il était envoyé ici. Il leur préférait les arbres centenaires, posant sa main pâle sur leur tronc comme le faisait souvent son père. Mais contrairement à ce cher Louis, il était sain d’esprit et ne leur parlait pas. Il se fiait à ses observations plutôt qu’à son instinct pour trouve LE bon arbre. Celui dont le bois recèlerait assez de puissance sans pour autant être protégé par une armée de Botrucs. Il avait beau avoir assez d’œufs de fée dans sa poche pour nourrir un régiment de ces gardiens, il ne voulait pas non plus tenter le diable. Ses yeux étaient ses plus beaux atouts de séductions par Merlin ! Il aurait été bête de les exposer inutilement. Or ce n’était pas sur lui que la pluie tombait. Si ce n’était pas une preuve d’intelligence ça !

    Le français posa un moment sa hotte pleine de branches et de brindilles (expérimentales). Il s’étira longuement, laissant sa chemise blanche sortir de son pantalon et montrer son nombril aux écureuils sûrement très impressionnés par ses quelques abdos durement gagnés. Ici dans la forêt, le caméléon n’avait plus besoin de feindre l’employé parfait. C’était une autre raison pour laquelle il aimait être envoyé faire les courses. Il prit toutefois la peine de se rhabiller totalement (et même de rajuster sa cravate indigo) avant de lancer un sort d’allègement à son fardeau. Il n’avait pas le droit de rétrécir les ingrédients de peur de leur faire perdre certaines de leurs propriétés magiques mais on n’avait rien dit sur le contenant.

    Soudain, son attention fut attirée par un arbre un peu plus loin. Un bouleau dont l’écorce claire indiquait la présence d’un cours d’eau non loin. Jusque là rien d’anormal. Mais ce qui l’avait fait lever la tête c’était surtout un bruit de plume et de feuilles, comme si un oiseau quelconque venait de décoller en panique d’une branche. Or il n’y avait eu aucun bruit susceptible de faire peur à l’oiseau dans le silence feutré du bois. Curieux, Ruyven s’approcha et ramassa une plume noire. Il la mit aussitôt dans sa poche, histoire de s’en servir ce soir dans ses nouvelles expériences et examina l’arbre en chassant totalement le piaf de ses pensées. Ce n’était qu’un volatile, pas de quoi en fouetter une Jilian.

    L’arbre paraissait fort, à la fois âgé et plein de vie. Délicatement, l’adolescent préleva un peu d’écorce entre ses doigts et lança un nouveau sort, détectant la présence ou non de pouvoir. Le bouleau était amplement suffisant et c’était l’une des dernières essences qui lui manquaient. Il sortir son couteau suisse et sauta, les bras en l’air dans l’espoir de rattraper la première branche. Sans succès mais il n’avait pas dit son dernier mot. Se détournant de sa proie, le jeune homme grimpa prestement dans un chêne voisin dont les plus hautes branches touchaient celles de l’arbre convoité. Il passa ainsi du brun à l’argent strié de noir, dérangeant dans son escalade un nid qui oscilla, oscilla, oscilla, avant de tomber à la renverse vers le sol. Les trois œufs mouchetés qu’il contenait débordèrent à leur tour de leur contenant de brindille et filèrent en direction de Gaïa


    « TIMBER » c’était plus poli de prévenir les feuilles en dessous vous ne pensez pas ?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Dany Faggod
    *Employé de la SPP*
    ¤Calamité à pattes¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 17
    Localisation : Quelque part dans Rennes...
    Date d'inscription : 25/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Mar 17 Fév - 2:06

    Mardi matin. Deuxième jour de la semaine, et normalement, boulot. Pour les employés de l'Etat français, autrement appelés fonctionnaires -les sorciers étaient bien sûr considérés comme fonctionnaires, bien que l'Administration n'avait aucune idée de leur existence- travaillant au Ministère ou encore à la SPP, récemment créée pour gérer le nouveau réseau de Portoloins, ce mardi était une journée comme les autres, il fallait se lever et puis aller bosser. Mais il y a toujours des exceptions, sinon, ça ne serait pas drôle. En tout cas, ça ne l'est pas pour ceux qui ne sont pas des exceptions. Mais pour les autres, ça l'était. Daniel Faggod, par exemple.

    Aujourd'hui, il était en RTT. En même temps, son job était plutôt chiant, même s'il lui permettait de gagner sa vie, alors mieux valait se changer les idées de temps en temps. Par exemple, le Mangemort -oui, même si personne n'aurait pu s'en douter, il portait bien la marque- avait quelques emplettes à faire pour ses potions. Bien évidemment, il aurait pu se rendre dans le quartier commerçant, mais alors il aurait fallu payer, et il y avait un autre moyen simple de se procurer les ingrédients nécessaires à toutes sortes de mixtures et concoctions.

    Dany était étendu, entièrement nu, sur le dos, sur ses draps, la bouche ouverte, un filet de bave s'écoulant au coin de ses lèvres. Il s'agitait, le corps tremblant, les yeux luttant pour rester fermés, quand soudain, ils s'ouvrirent, et le trentenaire s'immobilisa, avant de se redresser brusquement. Se grattant les parties, il alla dans la cuisine préparer son café et fila sous la douche, où il resta une bonne demi-heure. Puis, frais et dispos, il retourna dans la cuisine, où il se servit une tasse. Toujours déambulant en tenue d'Adam...


    "Et merde !"

    Comme souvent, Dany se prit le coin de la table dans la hanche et lâcha le mug, qui se fracassa au sol en déversant son contenu, alors que l'Animagus se frottait vigoureusement la zone endolorie. Lorsque la souffrance se fut atténuée, Dany alla chercher sa baguette pour réparer les dégâts et, son café à la main, il prit un parchemin, puis de l'encre, et enfin une plume. Après avoir siphonné l'encre déversée malencontreusement, il ensorcela la plume pour qu'elle écrive ce qu'il dirait. Après une dizaine de minutes, on pouvait y lire :

    sur le parchemin, il y a écrit:
    - Achillée sternutatoire
    - Armoise
    - Asphodèle
    - Cranson officinal
    - Ellébore
    - Livèche

    Cela avait pris du temps, car il avait fallu en même temps contrôlé que les plantes étaient bien en rupture de stock dans leur armoire spécialement conçue pour les conserver. Mais c'était à présent fini, et Dany alla s'habiller rapidement, privilégiant comme d'habitude le bleu, quoi qu'il passa une cape noire par-dessus. Il quitta son appartement, verrouilla la porte, puis transplana sur le toit. Là, il prit sa forme animale et s'envola.

    Le corbeau atteignit en assez peu de temps la fameuse forêt de Brocéliande. Bien sûr, le Mangemort aurait pu transplaner, mais il aimait bien profiter de voyages par les airs. Il fondit en piqué et traversa le toit de feuillages que formaient les cimes, avant se poser, un peu maladroitement, sur une branche. Une de ses plumes, alors qu'il érafla l'écorce, tomba et se posa en douceur sur la terre ferme.

    L'oiseau d'ébène jeta un oeil en bas. Il y avait là quelqu'un qui se promenait. Non, il semblait avoir un but, puisqu'il se mit à examiner l'arbre qui servait de perchoir à l'Animagus. Puis il se mit à grimper dans le chêne d'à côté. Dany changea de point de vue en s'envolant vers une branche quelques mètres en-dessous. Et puis, le jeune inconnu montra qu'il n'y avait pas qu'un seul être maladroit dans les parages, puisqu'il bouscula un nid et en fit tomber le contenu.

    Dany poussa un croassement alors que les oeufs lui passaient devant le bec et bascula en arrière. Le corbeau déséquilibré disparut, parcourant en tentant de planer sur le dos une vingtaine de mètres dans une trajectoire descendante. Il y eut un bruit de branchages et de feuilles qu'on cassait ou piétinait, puis une voix s'éleva :


    "Aaah mais c'est pas possible ça ! J'en reviens pas, faut être... oh !"

    Cinq secondes après, Dany émergeait de derrière l'énorme racine d'un vieil arbre, une achillée à la main.

    "En fait, j'ai eu de la chance dans mon malheur !"

    Puis il se rappela qu'il n'était pas seul et leva les yeux vers celui qui avait provoqué sa chute.

    "Hey ! Mec ! C'est pas prudent de grimper si haut ! Et puis... et puis on raconte que cette forêt est pleine d'esprits..."

    Pour la forme, il jeta un oeil alentour, pour faire croire qu'il y croyait lui-même.

    "Qu'est-ce que tu fais là-haut, mec ? T'admires la vue ?"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ruyven Lestat
    *Baguettiste*
    ¤Mr. Gwerlaz¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 7
    Age : 29
    Localisation : Dans la boutique
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Sam 21 Fév - 12:27

    Visiblement papa et/ou maman oiseaux étaient dans le coin à surveiller les gamins puisque la chute du nid s'accompagna d'un autre bruit de branchages. Curieux, le jeune français se pencha pour regarder ce qui se passait mais ne vit rien que de stupides végétaux. Haussant à nouveau les épaules, il se préparait à reprendre son escalade lorsqu'une voix (humaine est-il besoin de le préciser), s'éleva cette fois de derrière les racines. C'était quoi cette forêt surpeuplée ? Il ne pouvait pas être tranquille un peu ? Le caméléon aimait bien les gens en général mais il aurait aimé pouvoir rester un peu seul avec ses pensées. Surtout que l'inconnu était un idiot. Ben oui, est-il besoin de rappeler qu'il pleuvait ?

    Refusant de perdre davantage de son temps précieux à s'occuper d'un touriste Ruyven sortit sa baguette et se mit en devoir de découper des branchages d'épaisseur et de longueur variable. Il était en train d'analyser un second échantillon de bois lorsque la voix retentit de nouveau, manquant de peu de lui faire perdre l'équilibre. Non seulement il était bête, mais en plus il était bruyant, sans mentionner superstitieux. Il ne lui manquait plus que d'être parisien pour accumuler les tares. Il sourit. Si seulement il ne s'agissait que d'esprits, tout irait bien. Après tout, c'était le dada de sa mère de discuter avec les morts, taper la causette aux fantômes voire essayer de traverser le Voile pour voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Sauf que ça c'était une des rares choses pour lesquelles Louis faisait preuve d'autorité.


    "Je suis Exorciste et je cherche à délivrer l'âme piégée dans ce tronc"

    Il avait prit une vois grave, du genre kifépeur pour lancer sa plaisanterie avec tout le sérieux dont il était capable. Et, comme il était bien lancé (et parce que ce n'était pas par hasard qu'il y avait une conteuse dans la famille), il décida d'en rajouter une couche.

    "Et qui es-tu toi qui vient troubler le repos de mon Maître en cueillant les plantes sauvages fleurissants sur sa tombe ? Ne crains-tu pas le courroux de ceux qui ne sont plus et qui errent en ces lieux ?"

    Un bruit dans les branches vint ponctuer son discours comme un signe venant de l'arbre lui-même. Prit dans son jeu, Ruyven n'y prêta encore une fois aucune attention. Il s'amusait trop à tester l'inconnu, essayer de savoir s'il plaisantait ou pas et comment il se comporterait face à l'inexpliqué pour se faire le moindre souci. Et puis il était avant tout rationnel et les histoires de fantômes c'était comme les loups, ça le faisait bien rigoler.

    La pluie s'arrêta soudain et le vent se leva, chassant les nuages qui cachaient le soleil. Une belle éclaircie traversa les feuillages pour donner à la forêt un aspect brillant et joyeux. Il devenait inutile d'essayer d'effrayer qui que ce soit dans se genre d'ambiance. Pendant une seconde, le visage du garçon traduisit toute sa contrariété de voir son jouet (en l'occurrence l'inconnu) échapper à sa toile. Une expression mauvaise, comme une ombre passa sur son visage joyeux avant de s'envoler au loin, ne laissant qu'une expression neutre et courtoise, souriante et accueillante. Il avait reprit contrôle sur lui-même.

    Son petit fagot dans les mains, l'adolescent se mit alors en devoir de descendre à la rencontre de l'inconnu. Une fois dans les branches du bas, il se laissa suspendre et se lâcha vers le sol où il atterrit légèrement. Son fagot, lui, termina sa course dans la hotte, d'un lancer magistral soldé par un "panier" d'au moins 16 points. Minimum.


    "Non, en fait je cherche du bois pour mon patron. Je m'appelle Ruyven."

    Un sourire, on tend la main pour faire le garçon sociable. Quelque chose craqua sous son pied. Une coquille d'œuf. Nouveau sourire.

    "Vous n'étiez pas tenté par une omelette je suppose. Parce que la saison des champignons, c'est plutôt en automne. Quoique vous sembliez préférer les fleurs. C'est une achillée que vous avez dans la main ?"

    Il essaya de se souvenir des propriétés de ces plantes qu'il avait apprit à reconnaître mais rien ne lui vint à l'esprit. Tant pis, il ne pourrait pas étaler sa science mais il y avait autre chose qu'il pouvait faire. Ou tout du moins tenter, si l'homme était autre chose qu'un moldu…

    "Vous savez qu'on peut deviner l'essence de bois liée à un homme rien qu'en lui regardant la paume?"

    Bon là s'il ne le prenait pas pour un fou et s'enfuyait à toute allure, c'était qu'il s'agissait d'un sorcier. Les moldus étaient souvent trop conventionnels pour supporter autant de bizarrerie et de décalage sans réagir.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Dany Faggod
    *Employé de la SPP*
    ¤Calamité à pattes¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 17
    Localisation : Quelque part dans Rennes...
    Date d'inscription : 25/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Jeu 12 Mar - 2:24

    "Je suis Exorciste et je cherche à délivrer l'âme piégée dans ce tronc"

    Dany haussa les sourcils, aussi hauts que ces derniers pouvaient monter. Ce type-là était dérangé. Pas sûr que ça ait été une bonne idée de lui adresser la parole. D'ailleurs, il continua, le zig sur son arbre perché :

    "Et qui es-tu toi qui vient troubler le repos de mon Maître en cueillant les plantes sauvages fleurissants sur sa tombe ? Ne crains-tu pas le courroux de ceux qui ne sont plus et qui errent en ces lieux ?"

    Les sourcils firent le chemin inverse, alors que le Mangemort les fronçait. Parlait-il de fantômes ? S'il y avait vraiment des fantômes dans le coin, le seul risque qu'il y avait en en rencontrant un était de se faire passer au travers, avec cette sensation désagréable d'eau glacée... Jusque là, Dany ne captait pas vraiment où ce type voulait en venir... Ah ! Voulait-il lui faire peur ? Possible, en tout cas, c'était bien mal barré...

    Et soudain, la météo changea. Jusque là, c'était l'indifférence du Franco-anglais qui avait accueillie la pluie. La pluie ça mouille, et voilà. Pas de quoi en faire un drame. Le vent avait débarqué avec sa bonne humeur et chassé les nuages pour permettre à monsieur l'astre du jour d'éclairer de ses rayons bienfaiteurs la forêt encore ruisselante de l'averse.

    Du coup, il vit bien que l'étranger ne pouvait continuer à la jouer mystère et boule de gomme, ambiance terrifiante à glacer le sang, alors que le pays de Candy se substituait au décor sinistre. Raté, mec. Dany s'ébroua, comme un chien l'aurait fait, pour chasser l'eau de ses cheveux, et il ne vit pas que l'inconnu avait quitté son perchoir pour toucher le plancher des vaches.


    "Non, en fait je cherche du bois pour mon patron. Je m'appelle Ruyven."

    Dany ouvrit grand les yeux. En fait, c'était un gentil garçon. Ruyven, chercheur de bois. De bois ? Etait-il assistant de... charpentier, ou sculpteur ? Ou... Il prit la main tendue et la serra, avant de se présenter à son tour :

    "Moi, c'est Dany."

    Lancé, Ruyven poursuivit, après avoir marché sur une coquille d'oeuf. Les fameux projectiles dont la chute avait manqué de toucher le corbeau...

    "Vous n'étiez pas tenté par une omelette je suppose. Parce que la saison des champignons, c'est plutôt en automne. Quoique vous sembliez préférer les fleurs. C'est une achillée que vous avez dans la main ?"

    Ca parlait cuisine, puis botanique. Au moins, le petit jeune avait de la conversation.

    "Ouais, c'est un achillée ! J'm'en sers pour... J'suis pas un grand fan des champignons, mais dans une omelette, ça passe. Ou sur une pizza, mais ça n'a rien à voir."

    "J'm'en sers pour les potions". Rattrapé à temps !

    "Vous savez qu'on peut deviner l'essence de bois liée à un homme rien qu'en lui regardant la paume?"

    La mâchoire de Dany se décrocha presque. Avant de remonter aussi sec, illico presto, à tire-larigot en veux-tu en voilà. Un sorcier, donc. Bon, le Mangemort avait eu quelques doutes, quand même, mais il fallait confirmation. Qui venait de lui tomber toute cuite dans le bec. Pas mal pour un animagus corbeau. Ha ha. Ouarf.

    "Ah, non, je ne savais pas, pas un spécialiste des baguettes... Moi, c'est plutôt les potions !" répondit-il en brandissant l'achillée.

    Il lui manquait encore pas mal de plantes à trouver, mais il avait le temps devant lui.


    "Après tout, chacun sa spécialité... Au fait, j'ai jamais croisé d'fantôme, par là... Y en a ?"

    Un Moldu passant par là n'aurait rien compris à la conversation. Ou un peu trop, peut-être...
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ruyven Lestat
    *Baguettiste*
    ¤Mr. Gwerlaz¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 7
    Age : 29
    Localisation : Dans la boutique
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Sam 21 Mar - 14:30

    La question qui se posait à présent était de savoir si l’inconnu était extrêmement courageux ou encore plus stupide. A moins qu’il ne soit un sorcier mais dans ce cas, c’était vraiment pas de bol. Quoique le ridicule rendant plus fort, Ruyven n’était pas vraiment sûr de s’en soucier. Il jouait, c’était toute sa vie.

    Mais la plaisanterie tourna cours lorsque le temps décida de se mettre de la partie, envoyant toute l’ambiance genre mauvais film pour ado américain faire un tour sur le lac du Loch Ness. Bambi ouvrit ses yeux liquides sur un paysage enchanteur, bien loin du cauchemar qui lui avait prit sa mère. Soit dit en passant, d’ailleurs, Ruyven était probablement le seul gamin de sa génération a avoir rit à ce passage du film.

    Si l’adolescent s’était glissé sans peine dans son nouveau rôle avec le changement de décors, l’inconnu, lui semblait moins adaptable. La stupéfaction gravée sur son visage mobile était tout à fait jouissive et envoyait valser bien loin tous les regrets qu’il aurait pu avoir concernant sa farce ratée. Il serra vigoureusement la main du type (on est entre homme ou on ne l’est pas, hein Dany) et reprit ses plaisanteries, en faisant attention, cette fois, à rester dans son rôle retrouvé d’employé modèle.


    « Ah ouais ? Dans les omelettes ? J’savais pas. C’est bon ? »

    Il y avait pourtant des tas de façons plus marrantes d’utiliser l’Achillée. Pour la divination par exemple. C’était une super vieille technique chintoque que sa mère l’asiat’ aimait bien. Mais bon, si l’autre préférait la cuisine, autant ne pas le contrarier.

    « Ça a quel goût a peu près ? Genre Origan et tout ou plus amer ? »


    N’empêchait que parler bouffe dans les bois, c’était naze. Fallait trouver autre chose mais là, comme ça, à brûle pourpoint, il voyait pas. Pourquoi il s’en allait pas l’autre cave, hein ? Il sourit, comme il souriait tout le temps, son masque affable trop solidement vissé sur son mauvais caractère pour laisser transparaître la moindre de ses pensées.

    Histoire de se distraire (les vaches), Ruy changea de sujet, lançant une nouvelle blague idiote afin déstabiliser le moldu en face. Cette fois l’effet de surprise fut immédiat. C’était quand même vachement (et oui, les vaches ont vraiment une place dans cette histoire) mieux que de la gymnastique de sourcils. Fier de ses résultats, il allait continuer sur sa lancée lorsque le cave lui parla de baguettes et de potions. Il avait fallu qu’il tombe sur un crétin de sorcier. Putain mais ils pouvaient pas aller faire la cueillette ailleurs ? Quoique les potions il aimait bien aussi.


    « Nan, y a des botrucs, des chrysopes, quelques Clabberts, et deux, trois bestioles invisibles qui parlent mais des vrais fantômes nan. L’Merlin les fait tous fuir. Ils en ont une trouille bleue. »

    Les moldus n’était visiblement pas assez cons pour se balader dans les parages donc puisque Dany se lâchait sur le vocabulaire sorcier, autant faire pareil.

    « D’toute façon, Brocéliande c’pas tip top pour les machins à poil. Les touristes les font tous fuir. De même, s’tu cherche des machins à potion, ils risquent de te les écraser. Y a que pour le bois que c’est cool, sinon, faut mieux aller autre part, de moins connu si tu m’suis. »

    L’argot était comme une seconde nature pour lui. Un moyen de se démarquer toujours en restant perdu dans la masse. Il ne se rendait pas vraiment compte que le ton qu’il utilisait, son accent et le débit « de ouf » le rendait parfois difficile à comprendre. En même temps, il l’aurait su qu’il n’aurait rien changé.

    « Alors toi t’es potionniste c’est ça ? Tu fais quel genre de potions ? Que des trucs légaux ? Parce que mes potes et moi, on en cherche des bonnes, si tu vois c'que j'veux dire... »
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Dany Faggod
    *Employé de la SPP*
    ¤Calamité à pattes¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 17
    Localisation : Quelque part dans Rennes...
    Date d'inscription : 25/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Mar 21 Avr - 19:26

    "Ah ouais ? Dans les omelettes ? J’savais pas. C’est bon ?"

    Quoi ? Comment ça "c'est bon" ? Ruyven n'avait-il jamais mangé d'omelette aux champignons ? Pourtant, c'était bon, si on y ajoutait un bon assaisonnement, des herbes, toute cette sorte de choses... Et les aromates, Dany s'y connaissait, c'était un très bon cuisinier, après tout.

    "Ça a quel goût a peu près ? Genre Origan et tout ou plus amer ?"

    Le Mangemort demeura muet et immobile, perplexe, pendant un instant, avant de soudain éclater de rire. Il venait de comprendre ! Comprendre quoi ? Le quiproquo, pardi ! Oui, mais le quiproquo sur quoi ? Ben sur l'achillée, banane... Apparemment, quand Dany avait parlé de sa recette à base d'oeufs, le Français avait associé la plante à l'omelette, alors que le Franco-anglais en était à la simple idée d'associer le champignon à son futur ex-poussin non fécondé... l'oeuf, quoi.

    "T'es drôle, toi ! J'ai jamais gouté l'achillée, ou en tout cas, pas dans ma cuisine... Après, dans la potion, j'pense qu'on sent vraiment le gout de la plante... mais moi, j'en étais aux champignons, en fait. Certes, c'est classique, mais y a pas besoin d'être autant original."

    En fait, si Ruyven s'était induit en erreur, c'était parce que Dany avait un peu mélangé ses idées en ne voulant pas se trahir... mais en définitive, il ne s'était rien passé de grave, et le sujet dévia. Tant mieux, on ne s'attardait pas comme ça sur les erreurs du passé, ça ne servait à rien. Du tout.

    "Nan, y a des botrucs, des chrysopes, quelques Clabberts, et deux, trois bestioles invisibles qui parlent mais des vrais fantômes nan. L’Merlin les fait tous fuir. Ils en ont une trouille bleue."

    Ouais, en gros, la seule faune dangereuse qui pouvait se traîner dans les parages, c'étaient les sorciers eux-mêmes. Voire même les Mangemorts, si jamais il y en avait un qui avait l'idée de venir faire un tour dans le coin... Dany, par exemple, mais ça, il ne faut pas le dire. Et puis, il n'était pas si dangereux que ça. Mais ça non plus, il ne faut pas le dire.

    "D’toute façon, Brocéliande c’pas tip top pour les machins à poil. Les touristes les font tous fuir. De même, s’tu cherches des machins à potion, ils risquent de te les écraser. Y a que pour le bois que c’est cool, sinon, faut mieux aller autre part, de moins connu si tu m’suis."

    C'était un sacré putain de langage qu'il employait là, le Breton. Heureusement, le Mangemort avait tout pigé. D'ailleurs, il le signifia :

    "J'te suis, mec, pas d'blème."

    Les touristes... Heureusement que les Moldus étaient du genre superstitieux, sinon, les lieux auraient été saccagés depuis longtemps... Et puis, il devait bien y avoir des sortilèges pour les repousser, au cas où des casse-couilles auraient outrepassé le fait que les sorciers les prenaient pour des mauviettes finies...

    "Alors toi t’es potionniste c’est ça ? Tu fais quel genre de potions ? Que des trucs légaux ? Parce que mes potes et moi, on en cherche des bonnes, si tu vois c'que j'veux dire..."

    Wow ! Dans quoi il l'embarquait, là ? Fallait qu'il arrête de fumer; le Ruyven ! Quoique, si ça pouvait rapporter de l'argent, il y avait peut-être moyen de négocier...

    "J'fais une espèce de potion d'extase... Ca détend et en même temps, t'as l'esprit qui montre des signes comme quoi il aimerait te faire voyager... C'est un peu comme la fumette, sauf que t'as pas les risques pour les poumons..."

    Ouais, Dany avait déjà touché à toutes les drogues qui se fument chez les moldus... Il avait même tenté la LSD.

    "J'en fais pas commerce, pas envie qu'on m'prenne pour ça... Ce s'rait trop con. La plupart de ceux à qui j'pourrais en donner seraient capables de me donner..."

    Autant continuer dans le délire...


    [hj : honte à moi pour le retard è_é Toutes mes excuses... un mois pile XD]
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ruyven Lestat
    *Baguettiste*
    ¤Mr. Gwerlaz¤

    avatar

    Masculin
    Nombre de messages : 7
    Age : 29
    Localisation : Dans la boutique
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   Mar 5 Mai - 18:55

    Ouais l’omelette aux champignons, il connaissait. C’était équilibré malgré une trop forte concentration en cholestérol qui interdisait le fromage dans le mélange ou à la suite du repas. Avec une mère qui faisait des repas diététique on ne pouvait pas passer à côté de ce grand classique culinaire tellement appétissant. Hum. Pour être honnête, Ruyven tenait de son père de ce point de vue là. Moins il mangeait, mieux il se portait et les omelettes n’étaient pas son encas préféré. Il était plus du genre crudités, salades, ou viande.

    Cela dit, tout dépendait des champignons. Pouvaient y en avoir de sympas avec des effets tout aussi amusants. Pour ceux qui se poseraient la question, non, Ruyven n’était pas un drogué. Enfin pas dans le sens « dépendant/potentiellement dangereux/malade » du terme. C’était un adolescent normal qui se comportait totalement normalement la plupart du temps et faisait donc les bêtises d’usage que l’on attendait de la part de ses semblables. Lui n’était pas assez con pour s’intoxiquer avec des bêtises pareilles et préférait de loin tester les potions interdites sur un animal abandonné et/ou un type de la bande plus aventureux que les autres. Et le Dany il causait pas bien la France parce qu’il avait vraiment eu l’impression que l’on parlait toujours des achillées là.

    Même en Bretagne, parler cuisine ne suffit pas toujours, surtout s’il n’y a ni beurre, ni miel dans la recette et ils passèrent rapidement des végétaux aux animaux, enfin plutôt à leur absence. Totalement dans l’esprit de son pays, Ruyven ne pensait pas vraiment aux mangemorts (qui d’après le gouvernement n’étaient qu’un nouveau nom pour les anciens aurors), et encore moins à la possibilité d’en rencontrer un ici. La seule bestiole dangereuse dans le coin était lui-même et sa folie, pour le moment encore bien contrôlée. Surtout que le gonze était marrant et que c’était cool de jouer au bel-re pour changer de l’employé modèle. Le demi-asiat se lança donc dans une diatribe argotique bien rythmée et salua d’un sourire le tour de force de son interlocuteur qui arrivait à le « suivre ».


    « Ouah, trop de la bombe de balle en mousse ton machin. Parce que la fumette c’est cool mais avec tout le goudron qu’ils mettent dedans, on pourrait refaire entièrement toutes les routes d’Afrique du Sud. »

    Nan, demandez pas pourquoi l’Afrique du Sud, vous ne voulez pas savoir. En tout cas, Ruyven prit l’air de l’idiot intéressé (toujours se faire passer pour plus crétin qu’on n’était) et se frotta intérieurement les mains. S’il arrivait à en avoir assez il pourrait analyser la potion, la changer un peu peut-être et tester le tout sur les dizaines de chats abandonnés du coin. Parce que, si ça se trouvait, la clef de la limite entre la vie et la mort était l’esprit, donc, si l’esprit planait, il était possible de voir ladite limite sans tuer l’animal. Parce que ces derniers temps, Ruyven se retrouvait surtout avec des chats morts sur les bras.

    « Si tu veux pas l’vendre, j’peux te l’échanger si tu veux. C’est pas interdit par la loi pour autant que je sache, jamais vu de loi pour « possession de potion illicite » et les moldus seraient pas cap’ de choper un charretier s’ils en croisaient un alors une potion c’est ni vu ni connu les mains dans les poches (des autres). Nan parce que tu vois, c’con d’donner un bon filon, parcqu’après les hirondelles s’en saisissent et le ramène pas au printemps. A croire qu’ils picorent tout pour eux les salops. Bref, t’voudrais quoi qu’j’vois si c’est dans mes cordes ? »

    Il ne se faisait pas trop de soucis, des cordes, il en avait des tas accrochés à plusieurs arcs différents selon ses besoins. Un bon caméléon se devait d’avoir plusieurs motifs en mémoire pour tromper l’ennemi, l’ami et la nourriture potentiel (on évitera de dire à Dany qu’il se trouvait rangé dans la dernière catégorie de peur qu’il prenne la poudre d’escampette).

    « Alors Dany, c’bien ça ton blaze hein, t’as donné ta langue à bouffer au clab’s ? T’es in ou pas ?»
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: A la recherche du grand méchant loup   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    A la recherche du grand méchant loup
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Andrew recherche son grand-père (WWII)
    » recherche Codopuzzle, Grand Cerf
    » recherche jeux grand cerf oiseau magique
    » A la recherche du fard BLEU MARINE
    » Recherche n° STALAG ou mon père était prisonnier

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Europa Nox :: France :: Rennes :: La forêt de Brocéliande-
    Sauter vers: