Forum de jeu de rôle sur l'Europe post-potterienne.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum !

  • Les inscriptions sont ouvertes, pour toutes questions, n'hésitez pas à postez ICI
  • Intrigues en cours, consultez les revues de presses

  • Partagez | 
     

     La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Basiléus Tronheim
    *Gardien de la Paix Magique*
    ¤Roxx¤

    avatar

    Nombre de messages : 11
    Date d'inscription : 13/02/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]   Mar 17 Fév - 21:32

    *** "Mais non M.Tronheim, vous ne saisissez pas l'importance de cette mission c'est tout... Vous devez être pleinement conscient que cette situation ne peut pas durer... Nous avons foi en vos capacités..." Non d'un gnome de jardin !! Je suis BPM, pas un simple agent !! M'envoyer filer un sorcier pour une histoire de grève... Pathétique et insultant !! Si je tiens le fils de Veracras qui a penser à moi pour cette mission, je lui expliquerai bien les différences entre...***

    Le reste des pensées de Basiléus ne vaut sans doute pas qu'on les retranscrivent. Pourtant elles auraient assez bien expliqué l'état d'esprit dans lequel il se trouvait en entrant dans cette ruelle. Elles auraient aussi expliquer le léger soulevement du béton qui se trouvait sous ses pieds ainsi que la fissure qui venait d'y apparaître.

    Voyant l'expression physique de sa colère, il se força au calme. Il s'arrêta un instant, reprit un souffle plus calme, évacua les dernières pensées désobligeantes de son esprit sur les origines animals du responsable des missions au sein du ministère, et reprit sa mission. Après tout il était un professionnel avant tout, et il se devait de remplir la dite mission correctement.

    *** En même temps... suivre un sorcier dans toute la région de Renne, ya certainement plus exaltant... Enfin... on fait avec ce qu'on a... ***

    Basiléus était rentré dans cette ruelle de Renne à la suite des mouvements illogiques d'un sorcier chargé du ramassage des ordures magiques. En fait il faut tout de même avouer quelque chose, Basiléus ronchonner sur sa mission, mais au fur et à mesure de la journée de traque, il devait admettre que quelque chose de louche était entrain de se passer. Pourquoi un simple sorcier comme le gars qu'il suivait, se balladait dans toutes les rues et ruelles de Renne à la recherche d'ordures magiques dans des quartiers moldus. Etrange si l'en était.

    C'est pourquoi, bon gré mal gré, Basiléus avait pris quelques précautions. Sortilèges classique de protection sur lui même. Un sort de camouflage classique, une balise magique pour un possible besoin d'assistance et il était partit en guerre. Classiquement ce genre de mission se terminait toujours pas une bonne bagarre où les sorts volaient dans tous les sens et les méchants se révélaient au grand jour. Enfin dans les livres d'action que le célèbre écrivain Terrence Plumacier écrivaient. Basiléus sans en être un fan inconditionnel, aimait ce genre de littérature débordante d'idée nouvelle, qui lui donnait l'impression que son propre métier n'était finalement qu'une farce. Bien sûr il aurait jurer et tuer quiconque l'insultait en lui demandant si ce genre de lecture lui plaisait.

    Revenons à notre ruelle. Déserte, ou presque si on compte le rat crevé, et une légère trace de magie résiduelle au fond à droite avant le petit porche qui la termine. Basiléus sourit un peu, et fait craquer discrètement les os de son dos. Un peu d'action serait le bienvenue. Il avance du haut de sa grande taille, évite par pur réflexe ( cet homme est un bon voilà tout) un pigeon qui s'envole effrayé.

    *** Finalement la rue n'était pas déserte, même sans comtper le rat mort... bon alors... serait-il possible qu'il y ait un piège ? peu plausible... le gars a du transplaner pour allez ailleurs... ***

    Un léger marmonement retentit dans le fond de la ruelle, mettant à mal pour la troisième fois la théorie de la ruelle déserte. Un juron silencieux bien sentit s'échappe des lèvres de Basiléus. Puis ce dernier se rapproche sans faire plus de bruit qu'un gobelin dans le dos d'un débiteur qui ne veut pas payer. Une conversation se fait finalement entendre. Basiléus n'enregistre que quelques mots, avant qu'un voiture de passage ne ruine le reste de la phrase.

    Quelques pas de plus et Basiléus se retrouve en face de deux sorciers, en face est un bien grand mot. Dans un coin du porche dissimulé et par l'ombre et par son sort. Les deux sorciers semblent en pleine tractation. L'un est l'homme suivi et l'autre... l'autre ne parait pas français. Allez savoir pourquoi... préjugé purement gaulois ou simple intuition.

    L'échange oral finit par reprendre et Basiléus peut enfin entendre correctement les propos, fort intéressant d'ailleurs.


    "Je veux que ça soit bien clair c'est la dernière fois que je fais ça !!" ça c'est du pauvre malheureux sorcier éboueur
    "Bien sûr bien sûr. Tant que vous avez les informations que je vous demande aujourd'hui, comme convenu..."
    "Oui je les ai... mais ça n'a pas été facil... tout est la dedans... mais je veux ce que vous m'avez promis. "

    L'autre sort un petit sac qui semble bien lourd et le tend à l'éboueur qui s'empresse de laisser tomber le miniscule calepin qu'il tenait dans la main de du sorcier étranger. A son timbre de voix Basiléus le prendrait pour un Anglais. Nouvelle aversion proprement français ou encore une fois intuition géniale ?

    Soudain les deux hommes se taisent. Ils paraissent avoir vu ou entendu quelque chose. Basiléus se fait tout petit, assez dur vue sa taille et se prépare en ouvrant la main doucement, un simple petit mouvement du poignet et sa baguette tombera bien gentillement dans sa grosse mimine.



    Qui veut venir, vient !! Gentil, méchant, neutre. Vous pouvez jouer l'étranger ou une tierce personne je m'en fiche ^^ Un pnj s'il faut mais qu'on vienne !!!
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Mark Eveshy

    avatar

    Nombre de messages : 3
    Date d'inscription : 02/03/2009

    MessageSujet: Re: La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]   Jeu 5 Mar - 2:37

    [HJ : dsl pour mon retard. J'ai vraiment pas assuré sur ce coup. Mais comme promis, j'ai fini par répondre ^^"]

    Cela faisait près d’une heure que Mark poireautait dans cette ruelle sombre et humide. Le cliché du truc ne le choquait même plus. Après plusieurs années dans l’Ordre, plus rien ne le surprenait réellement. Il avait vu ce que l’homme était capable de pire durant la Première Guerre et les rapports venant de l’île semblaient indiquer que Celui Dont On Ne Devait Pas Prononcer Le Nom arrivait à faire pis encore. C’était pourquoi il était urgent de le stopper.

    En tout cas c’était ce que se disait Mark pour se donner du courage. Il s’était porté volontaire pour cette mission pourtant, bien que ce soient généralement des membres moins importants de l’Ordre qui se chargeait de ce genre de rencontres. Il devait rester proche des autres, ne pas prendre la grosse tête. La hiérarchie n’était pas très importante au sein de l’organisation résistante. Tout au plus une commodité pour coordonner les actions importante. Le reste était organisé sur la base du volontariat. Ils savaient tous l’importance de leur lutte et n’avaient pas besoin (au contraire des mangemorts…enfin pour ce qu’il en savait) d’un cadre rigide. L’Ordre était à l’image de son créateur. Bouillonnant, touche à tout, et un peu fou sur les bords.

    A cette image, le trentenaire sourit et vérifia son sort de désillusion. Il faisait froid en cette fin de journée et la lourde cape noire qu’il portait sur sa robe de même couleur n’arrivait pas à le protéger totalement de l’humidité ambiante. La bonne humeur de l’ancien Poufsouffle s’envola comme si un détraqueur venait de pénétrer dans la zone. Inquiet, il sortit du porche et jeta un coup d’œil inquiet aux alentours. Mais il n’y avait rien. Pas la moindre sensation de désespoir en dehors des doutes qui tenaillaient son propre cœur. Il ne savait même pas s’il y avait des détraqueurs en France. Non, le détraqué c’était lui. Il devenait parano. Il fallait qu’il se calme. Personne ne pouvait se douter de ce qu’il était venu faire ici et même si c’était le cas, il n’y avait rien d’illégal à rencontrer un ami au fond d’une ruelle. En tout cas pas dans ce pays là.

    N’empêche, attendre comme ça dans le froid, avec pour seule compagnie un rat crevé, c’était déprimant. Sans vouloir se l’avouer, Mark avait hâte que son contact se pointe… ah. Le voila qui arrivait.

    Un homme venait d’entrer dans la ruelle, apparemment seul. Il portait sur son dos la robe vert bouteille fatiguée des éboueurs et une odeur de poubelle l’accompagnait comme une amante. Ses yeux gris semblaient plus ternes encore que les pavés sous ses pieds et il y avait de la tristesse dans ses cheveux blonds cendrés. Il était pâle comme la mort, visiblement effrayé. Le cœur de Mark se serra. Comment un être humain pouvait en arriver là ? Vivre dans la peur et l’angoisse… sans jamais rien espérer. Et pourtant continuer à faire ce que l’on croit juste, malgré les risques, malgré les interdits, pour la simple satisfaction de sa propre conscience. Quoique dans le cas de l’éboueur, il y avait plus en jeu que de pouvoir se regarder dans la glace mais on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir.

    Bien qu’il soit impatient de savoir si la mission avait été un succès, Mark ne put se résoudre à lancer tout de suite le vif du sujet. Il prit quelques instants pour saluer le type, qu’il ne connaissait que sous le nom de code « Martin » et lui demander de ses nouvelles, le laissant prendre la direction de l’entretient. Finalement, ce fut bien Martin qui se lança.


    "Je veux que ça soit bien clair c'est la dernière fois que je fais ça"

    "Bien sûr bien sûr. Tant que vous avez les informations que je vous demande aujourd'hui, comme convenu..." répondit l’anglais d’une voix douce et avec un sourire.

    "Oui je les ai... mais ça n'a pas été facile... tout est la dedans... mais je veux ce que vous m'avez promis. "

    Mark soupira légèrement. Il comprenait, mais ce n’était jamais facile de savoir comment traiter ce genre de choses. C’était tellement plus qu’une transaction à ses yeux… d’ailleurs ce n’était pas de l’argent qu’il y avait dans la bourse mais quelque chose d’autre qui n’avait de valeur que pour leur propriétaire. Mark ramassa alors le bloc note et le feuilleta rapidement.

    « Merci beaucoup. Cela nous sera très utile. Je… »

    Quelque chose attira soudain son attention vers le fond de la ruelle. Le rat mort était toujours là, un pigeon était passé il y avait peu de temps mais la vague menace que le sorcier venait de détecter n’était pas animale…il y avait comme une très vague aura magique. Un bandimon peut-être ? Ce ne serait pas vraiment étonnant mais il ne pouvait se satisfaire d’impressions. Il lui fallait autre chose.

    Mark sortit alors sa baguette (il avait vérifié avant qu’aucun Moldu ne se trouvait à proximité et l’alluma d’un « lumos » impérieux, indifférent à « Martin » qui s’était mit à trembler. D’un geste sur, il écarta son indicateur de la main, le repoussant vers le mur et s’avança.


    « Qui va là ? »

    Il n’était pas à proprement parler menaçant mais il était visible qu’il était déterminé. Determiné à quoi était la question car l’ancien Poufsouffle, même s’il n’avait aucun problème à se battre au besoin, n’avait rien d’un héros belliqueux. Il espérait de toute ses forces qu’il ne s’agisse que d’une fausse alerte. Si un mangemort était dans les parages, c’était la mort assurée pour les deux résistants. Et « Martin », si ses renseignements étaient bons, avait une femme et trois enfants à charge…
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Basiléus Tronheim
    *Gardien de la Paix Magique*
    ¤Roxx¤

    avatar

    Nombre de messages : 11
    Date d'inscription : 13/02/2009

    Informations complémentaires
    Relations:

    MessageSujet: Re: La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]   Mar 17 Mar - 13:48

    *** Oula !!! Trafic d'informations... Crime de catégorie supérieure... cela va chercher loin, surtout si les informations sont classées... ***

    « Qui va là ? »

    La ruelle resta silencieuse à cet ordre. La lumière émanant de la baguette passant sur chaque centimètre d'espace. Basiléus réprima un juron. Le sorcier semblait douer. Il avait du percevoir un léger mouvement dans le décor, les charmes de désillusion n'étant pas parfait, encore moins les siens. En tout cas vu sa réaction le sorcier étranger semblait prêt à se battre pour défendre sa vie et celle du traître apeuré.

    Le poignet de Basiléus fut secoué d'une infime secousse et sa baguette jaillit de son bras pour venir se loger dans la même fraction de seconde dans sa paume. Les doigts aggripèrent les replis du bois, polis par l'habitude. Il prit une inspiration le plus silencieusement possible, préparant son corps à l'action.


    ***Je vais devoir agir... il ne faut pas qu'ils disparaissent avant que j'ai mis au point certaines choses. En plus le Patron va me livrer au manticores si je lui ramène pas quelque chose de tangible... Bon le vendu en premier... la peur est toujours mauvaises conseillères... ensuite je règle le cas de l'autre... qui m'a l'air un peu plus coriace...***

    La réflexion n'avait duré que deux petites secondes, l'étranger semblait toujours en train de chercher la raison de son trouble. Basiléus se surprit à le féliciter intérieurement d'avoir sans doute perçu quelque chose. Sa main se releva rapidement, le poignet fut animé d'un léger tour sur lui même, la pointe de la baguette grésilla et une étincelle bleu nuit en jaillit.

    Le silence de la ruelle fut brisé en un instant, une détonation lumineuse explosa au niveau des deux sorciers. Le flash parcouru la ruelle, illuminant chaque immondice, chaque détail du tableau d'une lumière aveuglante. Ce sort, fort simple au demeurant, avait été mis au point et régulièrement utilisé par les BPM lors d'assault sur des groupes de sorciers illégaux, ou des manifestants un peu trop enragés. L'éblouissement passager qui suivait le flash permettait de gagner facilement une ou deux secondes qui se révèlaient décisives.

    Basiléus, bien entraîné, avait immédiatement sauté de sa position initiale, pour ne pas se faire avoir par un sort lancé en reflexe. Son saut et l'élan qu'il venait de prendre lui permit de réduire sensiblement l'écart entre lui et les deux opposants. Il préfèrait nettement le corps à corps. Sa baguette levée devant lui, il informula un "INCARCEREM", en direction de l'éboueur.

    Un rayon vert-gris, en forme de cordes, partit en sifflant vers sa cible. Basiléus préfèrait mettre le traître rapidement hors combat. Un adversaire apeuré, prit en flagrant déli et craignant pour sa vie, sa carrière et sa famille pouvait choisir d'agir désespèrement. Les actes désespérés étaient toujours les plus dangereux, aussi bien pour soi que pour les autres.

    Le rayon frappa sa cible alors que cette dernière sortait lui aussi sa baguette, une main sur ses yeux éblouis, jurant de douleur et de peur face à la situation. Le corps du dénommé "Martin" fut projeté en arrière sur quelques centimètres avant qu'un nuage de cordes ne s'enroulent autour de lui bloquant bras et jambes, et ne le fassent tomber au sol. Un gigôt prêt à servir.


    *** Un de maîtriser... au suivant...***

    D'une voix forte alors que la situation devenait dangereuse pour lui, il avait fixer presque toute son attention sur l'éboueur, Basiléus se mit à crier.

    " Vous êtes cernés !!! Je suis de la Brigade de Paix Magique, rendez vous sans opposer de résistance !! "

    Le bluff fonctionnerait-il ? Basiléus avait des doutes, mais peut être gagnerait-il suffisament de temps grâce à la reflexion de son adversaire pour reprendre la situation à son avantage.

    Il était en face de l'homme, en train de terminer son mouvement, à peine quelques mètres les séparaient, et il le regardait avec calme. Son corps réagissait encore à l'accélérations brusque en demandant un apport important d'air.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Mark Eveshy

    avatar

    Nombre de messages : 3
    Date d'inscription : 02/03/2009

    MessageSujet: Re: La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]   Ven 27 Mar - 17:46

    Pas un bruit, pas même la respiration haletante de son contact qui devait sûrement être passé au bleu à force d’oublier de respirer. Toutefois, conscient que s’il était, lui, en train de regarder deux inconnus échanger des trucs, il ne se laisserait pas intimider par une telle déclaration, Mark continua à inspecter les environs. Il ne vit rien. N’entendit rien non plus mais l’impression désagréable continuait. Tout son corps était tendu, prêt à réagir au danger invisible. Il réprima toutefois un frisson. Il n’avait rien d’un chevalier des temps moderne et le courage était chez lui plus un devoir qu’une vertu. Il n’avait simplement pas intérêt à flancher parce que ce n’était pas Martin qui allait les tirer de là.

    Enfin pour le moment il n’y avait rien. Sans lâcher sa baguette, le Soigneur de Dragon se tourna vers le pauvre éboueur, s’apprêtant à lui conseiller de transplaner tranquille et qu’il le recontacterait plus tard. Il n’en eut pas le temps. Une détonation se fit entendre près d’eux, les baignant soudain de lumière. Aussitôt, Mark répliqua par un
    « Nox » sonore qui se place en dessous de l’origine de la lumière, les couvrant à nouveau d’une obscurité protectrice. Mais le mal était fait. Les pupilles de l’anglais, dilatées pour bien voir dans la semi obscurité du crépuscule s’étaient prit une surcharge de photons. Il avait beau avoir réagit rapidement, il voyait encore des tâches lumineuses devant ses yeux. Martin semblait proche de défaillir, montrant une lâcheté surprenante. Il faudrait qu’il prendre des dispositions pour celui-ci aussi. Pour autant qu’il le sache, les ennemis pouvaient être des mangemorts et si l’éboueur ne savait rien de très compromettant mais il pouvait toujours le reconnaître et ça, c’était hors de question

    « INCARCEREM »
    « PROTEGO »

    Un autre sort fusa et frappa l’infortuné informateur de plein fouet. Un sort. Pourquoi n’avaient-ils pas essayé de le tuer ou au moins de l’immobiliser lui aussi ? Bien à l’abri derrière son bouclier magique, Mark refusait de voir ce qu’il avait devant les yeux. A savoir que son adversaire était soit seul, soit entouré de gens vraiment stupides.

    Il passa sa baguette dans sa main droite tandis qu’il essayait de défaire les nœuds de la gauche. Il y était presque arrivé lorsque l’inconnu se décida enfin à se présenter. Toujours sur ses gardes et protégé par son sort de Bouclier, Mark sourit et se releva. La Brigade Magique ne voulait pas dire qu’il ne s’agissait pas de mangemorts et rien ne prouvait qu’ils ne mentaient pas (après tout, n’étaient-ils pas censés se faire connaître avant d’attaquer en général ?) mais il serait vraiment idiot que deux protecteurs de la veuve et de l’orphelin se tapent dessus. La peur était la principale force de Celui Dont On Ne Pouvait Prononcer Le Nom. C’était en tout cas ce que répétait à l’envie Feu Dumbledore. Un grand parmi les grands.


    « Je demande à voir une identification quelconque et à parler à votre chef ! Nous ne faisions rien de mal. »

    Il essayait de voir les traits de la silhouette qui se détachait à contre jour. Ses sens ne détectaient qu’un seul bruit de pas, une seule respiration, et il n’oubliait pas que les sorts avaient fusés à la suite les uns des autres. Non, il ne croyait pas tellement à la présence de toute une brigade. Ce qui voulait dire que le type pouvait mentir. Il pouvait donc tout aussi bien ne pas dire la vérité concernant son appartenance à la brigade magique. Mais ce n’était pas grave, il fallait avant toute chose gagner du temps. Pour que Martin arrive à défaire le nœud qu’il avait commencé à desserrer par exemple, ou simplement qu’il ait le temps de lancer un Diffendo pour couper les cordes et transplaner avec son ami. Il ne voulait blesser personne aujourd’hui mais, ancien Poufsouffle oblige, jamais il ne laisserait tomber son « complice ».

    L’adrénaline coulait toujours dans ses veines, sa peur nourrissant le sort argenté. Il sentait ses muscles des jambes se contracter comme s’il s’apprêtait à courir. Il avait mal à la mâchoire à force de serrer les dents et tous ses sens étaient à l’affût de la moindre faiblesse de son adversaire. A la guerre comme à la guerre.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    La grève des éboueurs... quelle mission passionante...[libre]
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Dijon : Grève spontanée sur le réseau Divia
    » Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?
    » Quelle machine à pain choisir ?
    » grève 7$$ ou pas
    » Grève hypermarchés

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Europa Nox :: France :: Rennes :: Rues et ruelles-
    Sauter vers: